Culture Société

Le foulard : un critère de beauté

Le foulard, encore appelé « Mousoro » en Bambara, a toujours été un élément indispensable pour l’élégance de la femme malienne. C’est un morceau de tissu en harmonie avec le boubou, noué autour de la tête. Il fait partie des trois éléments de l’habillement qui caractérise la féminité chez la femme malienne : Le pagne, le petit pagne ou dessous de pagne, et le boubou.

Avant, le foulard ou «Mousoro» servait à différencier la femme mariée de la jeune fille célibataire. Mais de nos jours, plus question d’attendre le mariage. Il est rentré dans le style vestimentaire de toutes les femmes, en raison de l’apparence raffiné et l’allure élégante qu’il donne.

Aujourd’hui, le foulard est devenu un accessoire que les jeunes filles aussi bien que les femmes d’un certain âge convoitent. Servant à rehausser le charme, et donner une certaine élégance à celle qui le porte, le foulard est aussi un élément qui donne vie et un aspect colorée à nos cérémonies: comme par exemple les foulards sur la tête des filles d’honneurs.

La mode malienne s’inspire de plus en plus des styles d’ailleurs. Ainsi, la nouvelle génération, avec les nouvelles tendances, nous propose chaque jour des foulards de plus en plus à la mode, et plus adaptés à leurs styles.

Avec des tissus choisis au hasard, en parfaite harmonie avec ce qu’elles portent : des foulards qui ne manquent ni de couleur, ni de vie. Ils sont généralement en coton,  moulin, en dentelles, en soie, en tissu moulant, pour ne citer que cela.

Il suffit juste de savoir comment nouer le foulard et pour cela la femme malienne ne manque pas d’astuces et de techniques. Et les techniques varient, selon les lieux et les circonstances.

Elles ont des styles typiquement pour le bureau, les cérémonies heureuses. Par exemple, à l’occasion des mariages ou baptêmes, elles changent de style et font souvent recours à des spécialistes en allant dans les salons de beauté juste pour nouer leurs foulards.

Dans un passé peu lointain, le foulard était tiré de la même étoffe que la robe. Toutefois, aujourd’hui, les tendances voudraient qu’il soit d’une autre couleur et d’un tissu différent, donnant ainsi plus de valeur et de style.

Adam DIALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *