Actualités Santé

Pénurie de sang : l’impuissance du Centre de transfusion sanguine

Le sang est devenu une denrée rare au Centre national de transfusion sanguine (CNTS) de Bamako, communément appelé « Banque de sang ». Des parents assistent impuissants leurs patients dans leurs lits d’hôpital, suite au manque de sang qui demeure un véritable problème.

Adama Diakité est au bord du désespoir. Depuis quatre jours, il défile au Centre national de transfusion sanguine (CNTS) à la recherche d’une poche de sang pour sauver sa sœur qui serait entre la vie et la mort dans un hôpital. «Elle est malade. Elle a besoin de sang. Ce qui est vraiment dommage c’est qu’il n’y a pas de sang. C’est un problème auquel toute la communauté malienne doit faire face », dira-t-il.

« Je suis venu prendre du sang pour mon père qui doit subir une opération chirurgicale. J’ai laissé de l’argent à la clinique qui n’a pas pu en avoir. L’opération devrait se faire, ce matin à 8h (hier mardi, ndlr) mais par manque de sang, nous avons été obligés de reporter le temps qu’on ait le sang », déclare M  Bagayoko, cadre dans une société de la place, visiblement très abattu par les nombreuses courses faites à la recherche du précieux sésame.

A l’intérieur de l’établissement, quelques donneurs de sang accomplissent volontiers ce geste qui sauve des vies. « Un jour, j’ai eu à sauver mon fils qui était anémié. Comme je suis donneur universel, j’ai donné un peu de mon sang et mon enfant a été sauvé», affirme Mémé Traoré.

Marcel Dougnon, autre donneur volontaire de sang: «Cela fait plaisir, cela fait du bien, c’est intéressant de savoir qu’à travers mon sang, des gens pourront être sauvés ».

Cependant, force est de savoir que le Malien en général n’a pas la culture du don de sang.

«Je n’ai jamais donné mon sang. Je ne me suis jamais proposé cela, mais, je crois que c’est une bonne chose que chacun devrait faire s’il est dans les conditions de le faire », confirme Guillaume Dembélé.

Joseph Zerbo lui emboîte le pas dans le même sens : « Je n’ai jamais décidé d’aller un jour donner mon sang, mais je pense que c’est quelque chose qui est bon donc prochainement je vais le faire ».

Sur près de 18 millions d’habitants que compte le Mali, le CNTS a enregistré 30 000 donneurs parmi lesquels, 5 000 donneurs réguliers. Et pourtant, donner son sang n’est pas seulement un geste qui sauve des vies, c’est également un acte qui oxygène l’organisme.

Par ailleurs, il convient de préciser que le sang du donneur n’est pas directement mis à la disposition des patients. Le précieux liquide est éprouvé dans une usine spécialisée où le sang est soumis à une batterie de tests ou d’examens. Le but est de s’assurer de la qualité du sang avant de le mettre à la disposition des malades.

« Le don de sang va vous permettre de régénérer votre propre sang. Le don de sang va nous permettre d’éviter les accidents vasculaires. Il va aussi permettre d’oxygéner le cerveau donc, de bien réfléchir, de bien mémoriser. Il n’y a que des avantages en donnant le sang », précise Amadou Diarra du CNTS.

Paul Y. N’GUESSAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *