Actualités Société

Routes à Bamako : une «maladie infrastructurelle» !

Impossible aujourd’hui de circuler à Bamako, surtout en cette période de pluie. De Boulkassoumbougou à Lafiabougou, en passant par Banconi, Missira, Banankabougou, Faladiè, Djicoroni, etc., les voies sont dégradées. Et cela n’est pas sans conséquences sur la vie économique et surtout la santé des usagers.

« Bamako est en ruine ». C’est comme cela que l’on peut schématiser la situation des routes dans la capitale malienne. Bamako, moteur économique du Mali se meurt. Du moins, les routes de Bamako sont très blessées, au point que d’autres saignent.

Dans les six Communes du District de Bamako, il est difficile de circuler : Des nids de poules se sont développés jusqu’à devenir de véritables trous, empêchant les usagers de vaguer en toute sécurité sur les routes. De nos jours, aucune commune n’est épargnée par cette «maladie infrastructurelle».

Les usagers de la route souffrent le martyr. Certaines zones ont même la mauvaise réputation de démolisseuses de voitures.

C’est le cas de Banankabougou, sur l’axe Tour d’Afrique-Stade du 26 Mars. La voie est devenue impraticable. L’épineux problème de l’assainissement a aggravé la dégradation de la route.  Quelle que soit la saison, sèche ou pluvieuse, cet endroit est toujours envahi par des nids de poule. Les chauffeurs de taxis et de minicars « Sotrama » se démerdent dans le tracé sinusoïdal de cette voie stratégique au risque d’abîmer la mécanique de leurs engins.

Cette route n’a de cesse de cahoter les véhicules des téméraires chauffeurs en quête de leur pitance quotidienne. « La route est dégradée, mais on est obligée de passer par ici. A chaque fois, on a des pièces cassées. On pensait que les travaux de colmatage allaient  nous arranger, mais rien à faire. Hélas », se désole Madou Nêguê, chauffeur  de Sotrama.  Des travaux de réhabilitations maintes fois initiés se sont avérés vains. D’autres sont actuellement en cours, mais le pessimisme habite les usagers.

Paul Y. N’GUESSAN

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *