Actualités Société

Squattage de connexion gratuit : l’autre vie des assoiffés de l’internet

Le monde de  la technologie avance à grand pas et la jeunesse malienne avec. Il ne se passe pas une journée sans croiser un jeune scotché à son smartphone au plaisir de surfer sur internet, même si la connexion reste encore un luxe dans notre pays. Car il faut payer plus, pour rester en connexion à sa guise.

En raison de soif démesuré, certains jeunes profitent de toutes occasions qui se présentent à eux pour rester connectés à ce monde technologique. Le constant est récurrent à Bamako où des jeunes vont jusqu’à la recherche d’un Wifi sans code, dans le voisinage du quartier, ou devant certains hôtel de la capitale pour surfer sur les réseaux sociaux, se distraire, faire des téléchargements, ou renforcer leur niveau de culture générale.

A Hamdallaye ACI 2000 devant certaines structures, on voit des jeunes auprès des murs avec leurs téléphones en main, concentrés sous un soleil ardant, en sueur excessive.

Au moindre bruit à côté d’eux, ils pensent à l’arrivée du propriétaire de la connexion. La plupart de ces jeunes, qui vont de quartiers en quartiers à la recherche d’une connexion gratuite, n’arrivent plus à assurer le frais de connexion qu’il faut pour bien traiter leurs données sur l’internet.

Au Mali pour se connecter à l’internet, le coût minimum à payer est estimé à 100 FCFA pour 10 Mo. Le coût varie de 250 F pour 50 Mo, encore plus haut à 500 FCFA.

«C’est du vent que nous offre les opérateurs de télécommunication. Avec 10 Mo, je n’arrive pas à ouvrir un fichier dès fois et si tôt, je reçois une notification que mon forfait est épuisé, alors qu’avec  le wifi de l’hôtel, je télécharge mes fichiers jusqu’au petit matin», témoigne un squatter croisé vers un hôtel de la place.

Un autre jeune rencontré sur le même lieu nous confie qui il profite d’un point de Wifi sans code pour se connecter sur Facebook et regarder des vidéos sur YouTube « avec du forfait internet, je ne pourrais pas passer plus d’1h à surfer, alors que sur le Wifi gratuit, c’est la connexion sans interruption et je peux télécharger tout ce que je veux et me connecter sur Facebook», a-t-il fait savoir.

 

                                                            Fadima KONTAO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *