TIC : son apport dans les secteurs d’activité au Mali

Les technologies de l’information et de la communication, plus communément appelées TIC ont énormément évolué au cours des dernières années. Elles ont un fort impact sur le quotidien des individus et notamment sur leurs usages et habitudes.

A l’instar des autres pays, le Mali, qui n’est pas resté en marge de cette révolution technologique, a depuis quelques années, affiché une réelle volonté de développer le secteur des TIC. Mais, quel a été son impact sur les entreprises maliennes ?

En effet, en octobre 1996, à l’initiative de l’ancien président malien, Alpha Oumar Konaré, s’est tenu à Genève en Suisse, une rencontre internationale dont le thème était « l’Afrique et les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication ». Au cours de cette rencontre, il a été défini pour les pays en voie de développement et notamment ceux d’Afrique, qu’ils doivent être les véritables acteurs actifs dans le processus global de circulation et de gestion de l’information sur les inforoutes de l’Information et de la technologie.

Les TIC dans  quelques secteurs au Mali :

De nos jours, une entreprise qui veut faire partie du moteur de développement est appelée à utiliser les TIC. Selon l’Agence nationale de statistique, le secteur TIC contribue à hauteur de plus de  5% de PIB.

Les TIC donnent les possibilités de faire plusieurs choses dans plusieurs domaines comme l’éducation la santé, l’agriculture, etc.

Les TIC dans le système Educatif 

Depuis quelques années, le gouvernement malien mène une politique d’équipement des lycées et  écoles maliennes en matériels informatiques. Ceci a vu le jour d’abord au Lycée de Tombouctou en 2003, ensuite au lycée de Sévaré, à l’école fondamentale de Mopti et par la suite une longue série de créations de salles informatiques dans les lycées a suivi.

Aujourd’hui, presque tous les lycées de la capitale sont connectés. Les observations menées montrent que l’enthousiasme est au rendez-vous. Les établissements publics n’ont pas encore de programmes informatiques élaborés, pris en compte dans leur formation.

Actuellement, c’est la phase d’appropriation des TIC pour ceux qui sont attirés par l’informatique à un coût quand même très bas par rapport aux cyber-espaces, mais qui reste toujours élevé pour la plupart des élèves en raison de 100 F CFA l’heure.

TIC et santé  

Dans le domaine de la médecine au Mali, l’utilisation des TIC est à son début et le potentiel d’Internet est encore faiblement exploité par les professionnels de la santé.

Les médecins utilisent l’ordinateur pour des besoins personnels et le Web pour s’informer individuellement, ou consulter l’archivage des données sur les patients et le partage d’informations. Ce qui constitue néanmoins un aspect capital pour adapter la médecine aux nécessités de son époque.

TIC et secteur agricole 

Aujourd’hui des drones inspectent les zones, pour voir si elles sont cultivables ou permettent l’installation des petits sones qui peuvent détecter directement l’alimentation de l’eau ou si l’agriculteur a besoin de tel engrais.

Les TIC facilitent la traçabilité des produits dans le secteur agricole, ce qui permet, entre autres, d’aider les agriculteurs à améliorer le contrôle des maladies, l’assurance qualité.

L’application des TIC pour aider les agriculteurs à acheter des intrants de qualité. Par exemple, tous les intrants pourraient porter un numéro d’identification correspondant à un numéro de téléphone que les agriculteurs pourraient appeler pour obtenir le produit en question.

Fadimata Oumar KONTAO

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*