Tricycles = anarchie dans la circulation

Introduits au Mali, dans les années 2004-2015, sous le Président ATT, par Iba N’Diaye, alors ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, en vue de lutter contre le chômage des jeunes, pour servir de moyen de transport des personnes et de leurs biens, ces tricycles, communément appelés ‘’katakatani’’, ont inondé le pays, au point d’être les maître de l’anarchie dans la circulation, notamment à Bamako et dans les autres centres urbains du Mali.

Ces engins à trois roues se sont très imposés dans le transport des personnes et des biens sur certains routiers, en raison de leur praticabilité et surtout leurs coûts moins chers. En effet, ce sont les jeunes ruraux, anciens conducteurs de pousse-pousse ou de charrettes, sans formation, qui se sont spécialisés dans la conduite de ses engins. Ces derniers n’hésitent pas à se faufiler entre les véhicules et les engins à deux roues, créant ainsi le désordre dans la circulation aussi bien chez les piétons que sur les grandes artères. Tantôt  sur la chaussée, tantôt sur la voie des engins à deux roues, selon la volonté du conducteur, les tricycles sont alors un véritable casse-tête pour les usagers de la circulation avec leur corolaire d’accidents chaque jour.

Les responsables du secteur des transports reconnaissent que ces nouveaux engins, non régis par le code de la route, causent d’énormes désagréments au niveau de la circulation routière. Toute chose qui les amené à règlementer leur circulation à Bamako, en indiquant les horaires et les itinéraires.

Au-delà des désagréments dans la circulation, certains conducteurs de ces tricycles sont têtus et courent des grands dans la circulation routière (ils n’ont ni permis de conduire, et ne portent pas de casque de protection pour leur  propre sécurité).

Pire, certains transportent souvent des bagages qui dépassent largement leur gabarit. Ce qui constitue un véritable danger public.

Consciente de cette situation déplorable, la Direction régionale de la Régulation de la circulation du transport urbain de Bamako entend rassurer les usagers qu’une loi visant la réglementation assez précise est en étude dans le nouveau code de la route. Cette loi permettra d’apporter un changement de comportement, de fluidité et de courtoisie dans la circulation routière à Bamako.

Andiè Adama DARA

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*