Visite des sites miniers à Kayes: comment optimiser la part des communautés ?

Visite des sites miniers à Kayes: comment optimiser la part des communautés ?

Après Loulo et Tabakoto, la ministre des Mines et du pétrole, Lelenta Hawa Baba Ba, s’est rendue du 11 au 13 juillet dernier, à Fékola, dans la région de Kayes. Dernière étape de sa visite, la ministre des mines et du pétrole, convaincue que, le Mali étant un pays riche en or, les bénéfices tirés de l’exploitation du métal jaune, peuvent et doivent encore être optimisés, a été au contact des communautés et sociétés minières, dans le seul d’échanger sur les conditions de travail et du développement local.

Lors de sa visite, la ministre Ba a apprécié la coopération entre la société minière et la population. Elle a réaffirmé son optimiste quant à l’exploitation du site de B2Gold où elle s’est rendue : «C’est une mine qui est en phase d’extension. Dans l’étude de faisabilité, il y avait un 1er programme pour l’ouverture, voire l’exploitation. Donc vu l’extension de la minéralisation et la rentabilité, la société a décidé d’étendre sa mine. Ses activités ont surtout concerné la réinstallation du village de Fadougou, qui n’était pas prévu dans l’étude de faisabilité par la 1ere société. Donc lorsque nous avons effectué la visite à Fadougou, nous avons constaté que cette réinstallation est effective», s’est réjouie Mme la ministre des Mines. Elle a profité de l’occasion pour présenter une doléance des communautés aux responsables de la mine: « le souci mentionné toujours par la communauté, c’est le problème de l’emploi des jeunes ».

A la suite de cette visite à Loulo, Tabakoto et Fékola, Lelenta Hawa Baba Ba a fait savoir: « les sociétés prennent en charge leur responsabilité sociétale ». Cependant, estime la ministre, les communautés qui abritent ces sites miniers doivent participer aux différentes activités à des niveaux déterminés, même si les profils manquent souvent. C’est pourquoi, la cheffe du département des Mines et du pétrole a invité les sociétés minières : « à mettre un  accent sur la formation de cette communauté qui ne dispose pas de toutes les compétences requises pour travailler dans les mines. Si ces recommandations sont appliquées, elles permettront au Mali de profiter pleinement de ses ressources minières», conclut la patronne du département.

Selon les chiffres officiels, il a été produit dans notre pays, 60,8 tonnes (2,14 millions d’onces) en 2018. Une production, en progression de 20 % par rapport à 2017. Au Mali, l’or représente un réel moyen pour alimenter le budget car, il représente les ¾ des recettes d’exportation, 1/4 des recettes budgétaires et 8 % du PIB national, un atout immense à renchérir. C’est ce qui semble expliquer la conviction de Mme la ministre des Mines et du pétrole, Lelenta Awa Baba Ba, qui s’est investie du devoir d’optimiser bénéfices tirés des ressources minières du pays, au profit du Mali et des Maliens.

Ousmane Tangara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *