Actualités Politique

Arcane politique : nouveau challenge pour Abdoulaye KOÏTA dit ‘’Allaye’’

On se bouscule ferme. Les jeunes arrivent en masse aux portes de la politique et frappent à coups redoublés. Ils revendiquent leur juste place dans l’arène publique. Une arène restée trop longtemps, selon eux, la chasse gardée des ainés, la plantation des anciens et autres “doyens”. Que souffle désormais sur l’espace politique le vent frais des idées neuves. Que s’irrigue du sang neuf de la génération montante le débat public.

Et Abdoulaye Koïta banquier de formation et de profession a bien compris cela, Ingénieur Commercial, également Diplômé de la prestigieuse école britannique ’’Retail Bank Academy -RBAI’’ en Angleterre,  le natif de Mopti est depuis 2007, Conseiller Clientèle PME/PMI   à la Banque Nationale de Développement Agricole (BNDA). Où, de Janvier 2008 jusqu’en Septembre 2013, il dirigera également d’importantes séances. Chargé notamment de participer à toutes les réunions du Comité Régional de Pilotage et d’Orientation (CRPO) du Programme de Compétitivité et Diversification Agricole (PCDA) et du Comité  Technique du Programme d’Appui à la Promotion de l’Emploi dans le Secteur Privé au Mali (PAPESPRIM) Antennes de Ségou.

Réaliste et fortement attaché à la valeur de la politique dans une nation démocratique, le jeune dynamique adhère en Aout 2019 le parti Rassemblement des Compétences pour L’émergence au Mali « RCEM », présidé par Boubacar Salia DAOU. « Un parti Social-démocrate qui n’est pour le moment ni de la majorité ni de l’opposition.»

« La vie politique ne se nourrit pas d’alternance tontinière en démocratie », tel  est la vision du jeune Koita. Elle est rythmée au contraire d’alliances qui proposent des alternatives crédibles et auxquelles les populations accordent leur confiance ». Son engagement politique l’a énormément appris. « C’est un univers de codes tacites. Il y a tout un savoir-être, des choses invisibles que l’on assimile en observant. Militer, c’est aussi un exercice intellectuel permanent. Nous rencontrons des gens qui nous sont opposés, il faut sans cesse se forger un argumentaire. Quand on va, par exemple, sur un marché dans une ville qui n’est pas acquise à son parti, on apprend à faire face à la critique », soutiendra-t-il.

Précise le nouvel adhérent, qui bénéficie déjà de la confiance de ses camarades avec à lui confiée, la noble et lourde tâche de l’implémentation du parti : « lors de la Réunion ordinaire du 27 Juillet 2019 au siège du parti, j’ai été désigné pour procéder à l’implantation des bureaux des jeunes du parti sur le plan national et international» indique Allaye Koita. Qui s’engage déjà à : « former dans les prochains jours, un bureau avec lequel je travaillerais pour cette mission. » rassure le leader Koita pour qui, un autre combat commence : « Je vous prie de vous joindre à nous pour faire la politique autrement pour un Mali meilleur » appelle l’ancien président et membre fondateur  de l’Association des Jeunes Résidants  à  Ségou « AS.J.R » et aussi l’ancien Guide du Club Alioune Blondin BEYE de la Facultés des Sciences et Techniques « FAST » de Bamako

Il s’engage dores et déjà, à apporter sa  somme d’expérience à la politique en général, et sa touche à l’entreprenariat des jeunes en particulier car convaincu que ce chantier demeure l’une, des orientations phares de   son parti Rassemblement des Compétences pour l’émergence au Mali « RCEM », mais aussi seule alternative pour relever le défi de l’émergence du Mali. A 38 ans, Allaye Koita a de quoi à revendre au vue de sa carrière professionnelle. Car, quatre ans durant,  il a été dans toutes les réunions du Comité  Technique du Programme d’Appui à la Promotion de l’Emploi dans le Secteur Privé au Mali (PAPESPRIM) et du Comité  Technique du Programme d’Appui à la Promotion de l’Emploi dans le Secteur Privé au Mali (PAPESPRIM) Antennes de Ségou.

Marié et père de deux enfants, candidat indépendant à élection législative partielle de Mopti scrutin du 02 janvier 2017. Et depuis Allaye KOITA ne cesse de proposer des idées dans tous les domaines pour un Mali meilleur.

 Pour lui faire de la politique quand on est jeune, c’est une très belle école de la vie. On rencontre des Hommes qui ont envie de changer la société. On apprend à défendre ses propres idées, mais aussi à rester à l’écoute de celles des autres. Il est aussi important d’être percutant et de comprendre le monde dans lequel on vit.

Paul Y. N’GUESSAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *