Diaspora malienne : 538 milliards de FCFA transféré en 2017 au bercail

Ségou, la capitale du Balazan, a abrité le jeudi 15 août 2019, un atelier sur le partage et l’élaboration du plan d’actions national du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Au fait, en 2017, rapporte la Banque mondiale, les Maliens de la diaspora ont transféré 538 milliards de FCFA par les canaux officiels.

La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le ministre des Maliens de l’extérieur, Amadou Koita, en présence des autorités politiques et administratives de la région de Ségou ; les responsables des organisations faîtières des Maliens de l’extérieur.

Pour le ministre Amadou Koita : « Les manifestations des flux migratoires, ces dernières années, sont devenues plus complexes avec des tragédies au quotidien sur les routes migratoires. Pour certains, la migration est devenue le point de croissement des multiples problèmes et défis auxquels les pays de transit et d’accueil doivent faire face, après avoir été longtemps considérés comme une dynamique d’interaction et d’enrichissement culturel mutuel ».

Aussi, a-t-il souligné : « à tort, les migrations sont associées au défi sécuritaire et au terrorisme, à la montée du chômage et à la hausse des dépenses publiques, consacrées aux services sociaux. A notre ère, où la mondialisation se veut un processus d’intégration effective, il est étonnant, voire regrettable de constater l’instrumentalisation de la migration, légale comme illégale, pour attirer des électeurs.  Nombreux sont aujourd’hui, les pays d’accueil ou de transit, où les pensées extrémistes et l’intolérance ont pris le pas sur les valeurs de solidarité ou l’amour du prochain contre les migrants».

Par ailleurs, a fait savoir le ministre Amadou Koita, c’est face à cette situation de crise migratoire, que le 19 septembre 2016, des Chefs d’Etats et de gouvernement et des hauts représentants se sont réunis au Siège des Nations Unies, à New York, pour examiner la question des déplacements massifs de réfugiés et de migrants.

A la suite de cette conférence, a-t-il rappelé, une Déclaration a été adoptée par les Nations Unies, en vue d’une meilleure gouvernance des migrations au niveau mondial.

Pour le ministre des Maliens de ‘extérieur, «L’adoption du Pacte mondial pour les migrations est un acte historique de la communauté internationale, bien vrai qu’il ne soit pas juridiquement contraignant ».

Cet instrument, est-il convaincu, traduit leur volonté commune d’imprimer une gestion efficace aux flux migratoires entre les pays d’origine, de transit et de destination des migrants, avec un accent particulier sur les impératifs de sécurité et de respect des droits humains.

« Le Pacte mondial constitue une opportunité unique pour optimiser l’ensemble des avantages de la migration, mais aussi pour contenir ses effets pervers dans l’intérêt supérieur des pays de départ, de transit, d’accueil et des migrants », dira le ministre Amadou Koita.

Le dernier rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur la migration et le développement indique que le montant officiel des envois de fonds vers des pays à revenus faibles ou intermédiaires s’est élevé à 466 milliards de dollars en 2017.

Selon la Banque mondiale en 2017, les Maliens de la diaspora ont transféré 538 milliards de FCFA par les canaux officiels. En outre, la diaspora participe au développement local dans les régions d’origine et au renforcement des capacités des structures nationales, s’est félicité le ministre Koita.

Paul Y N’GUESSAN

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*