Actualités Culture

Eductour Dakar 2019 : découverte des potentialités touristiques du Sénégal

L’Agence sénégalaise pour la promotion touristique a mis le paquet en organisant un voyage de presse du 09 au 16 août 2019, à Dakar, à l’intention des journalistes, communicateurs et des professionnels du tourisme venant du Mali, de la Cote d’Ivoire, de la Mauritanie, du Nigeria et du Ghana.

L’objectif de ce voyage d’une semaine consistait à faire découvrir le Sénégal aux journalistes africains les potentialités touristiques, culturels et gastronomiques du pays de la Teranga.

 BamakoNews.net a participé à l’édition de cette année qui a débuté par les visites des sites historiques du pays à savoir : l’ile de Gorée et sa célèbre «Maison des Esclaves», un haut lieu de la traite des Noirs au XIXe siècle sous la domination portugaise, anglaise, néerlandaise et française ; ainsi que le point le plus culminant de Gorée où se trouvent les canons de guerre de l’époque coloniale.

Sur la même Ile se trouve également l’Eglise Famille de Dieu de Dakar, l’une des plus vieilles églises de l’Afrique de l’ouest.

Un autre lieu d’attraction de Dakar est incontestablement le Monument de la Renaissance africaine de Dakar. Il est considéré comme le plus grand Monument au monde, après celui de l’Asie.

Bâti, sur un terrain de 30 à 40 hectares de 52 mètres, en bronze et en cuivre, ledit Monument est situé  à Ouakam, à l’Ouest de Dakar. Selon les estimations, le majestueux joyau architectural, réalisé à l’initiative du Président sénégalais, Me Abdoulaye WADE, aurait coûté entre 9 à 15 milliards de FCFA.

Il symbolise «la dignité du continent africain, à travers: une famille dressée vers le ciel, l’homme portant son enfant sur son biceps et tenant sa femme par la taille, une Afrique sortant des entrailles de la terre, quittant   l’obscurantisme pour aller vers la lumière », apprend-on.

Après ses 197 marchées, la vue du haut sur Dakar est magnifique et très époustouflante. Chaque étage est rempli d’histoires à découvrir. Autre lieu, autre histoire : le Musée des civilisations noires. Là sont exposés des objets datant de l’ère préhistorique, comme des vestiges des premiers hominidés apparus en Afrique, il y a plusieurs millions, d’années ; des masques rituels venus des quatre coins de l’Afrique et même du monde ; les textiles de nos sociétés comme le bogolan du Mali et tant d’autres.

Ensuite, le cap est mis sur le Lac Rose ou Lac de Retba, une zone où l’on extrait du sel. Situé à une quarantaine de kilomètre à l’Est de Dakar, cet endroit emblématique est un point incontournable des circuits touristiques par sa couleur rose.Selon les explications fournies, ce phénomène naturel s’explique scientifiquement : le fond du lac est occupé par une algue microscopique encore appelée cyanobactérie, qui, pour annihiler la concentration de sel, forme un pigment rouge. Ce dernier contribue à l’oxydation du fer de l’eau salée expliquant le changement de couleur les jours soleillés. L’eau du Lac Rose est réputée trop salée. Elle contient plus de quantité de sel que le liquide de tout l’Océan atlantique. Il est ainsi catalogué comme étant la «Mer morte » du Sénégal. Un litre d’eau du Lac Rose contient 380 grammes de sel, une quantité 10 fois supérieure à celle de l’océan Atlantique. Le sel est destiné aux conserveries de poisson ou exporté dans les pays voisins.

Les participants ont profité de l’occasion pour faire du Safari à la réserve de Bandia, une destination classique pour un tourisme souvent familial. En effet, cette aire protégée se visite uniquement à bord d’un véhicule (personnel, de location).

Bandia abrite de nombreux mammifères, délibérément réintroduits dans la région. Parmi les espèces animales présentes dans le parc, on y trouve des rhinocéros, des girafes, de grandes antilopes, des buffles, des singes, des phacochères, à peu près 120 espèces d’oiseaux, ainsi que des autruches, des tortues géantes et des crocodiles.

Autre randonnée touristique des participants de l’Eductour Dakar 2019, c’était au centre du Sénégal, à Kaolack, une ville située à 192 km au Sud-Est sur la rive droite du fleuve Saloum au Sénégal. Elle est connue pour sa dimension religieuse importante dans le pays de la Teranga.

Kaolack est également la ville natale du très vénéré marabout Baye Niass, à l’origine de la confrérie musulmane Tidjani des « niassènes » qui attire de nombreux adeptes dans cette région si proche de la ville sainte des Mourides (Touba).

Le parcours s’est poursuit au Parc national du Delta du Saloum, un refuge de paix pour un nombre incalculable d’oiseaux. Un enchevêtrement d’îles dans la mangrove, appelé Bolongs, le refuge de nombreuses espèces de mammifères.

Les visiteurs du jour se sont baladés à bord d’une pirogue dans les bolongs à 15 minutes de navigation de Toubacouta, pour voir le reposoir aux oiseaux, un endroit très prisé des touristes.

Ce voyage de presse a comblé toutes les attentes des initiateurs ainsi que celle des participants. Ces derniers n’ont pas manqué de remercier vivement l’Agence sénégalaise pour la promotion touristique pour l’opportunité a eux offerte pour découvrir les potentialités touristiques, culturels et gastronomiques du Sénégal, mais également tisser des relations fraternelles avec les confrères d’autres pays africains. Vivement la prochaine édition.

Fadimata KONTAO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *