Actualités Société

Etat des routes en saison de pluie : véritable casse-tête pour les usagers

En cette saison de pluie, circuler sur certaines axes devient de plus en plus difficile voire impossible à Bamako et sur certains tronçons du pays. En effet, sur l’Avenue OUA à Bamako, notamment l’axe Banankabougou jusqu’à l’entame du 3ème pont en passant par Yirimadjo et les tronçons Sévaré-Gao, Bourem-Kidal et Kati-Kayes retiennent les attentions à la fois des populations et celles des plus hautes autorités de notre pays.

Sur la route qui relie Banankabougou et Missabougou, l’on arrive à peine à circuler, vue l’état chaotique de la voie, parsemé de nids de poule qui défient, les usagers de ce tronçon.  Pour la simple raison que le bitume sur cette voie se trouve dans un état de dégradation avancé.

Cela impacte les activités des usagers qui empruntent quotidiennement cette route. Pour ce chauffeur de SOTRAMA, les désagréments que cause l’état de cette route est sans mot : « Les lampes de ma voiture se rompent fréquemment. Alors que j’ai eu la voiture, il n’y’a pas longtemps, mais ses suspensions sont complètement altérées »

On se demande parfois quel est le rôle de l’Ageroute et de la direction nationale des routes, qui sont chargées de l’entretien des routes. Le gouvernement reconnait qu’il y a encore beaucoup à faire, malgré les multiples initiatives le calvaire continue.

En ce qui concerne les tronçons de Sévaré-Gao, Bourem-Kidal et Kati-Kayes, c’est en effet un véritable  casse-tête que vivent les usagers de ces tronçons combien importants pour l’économie du pays. Pour aller à Gao, certains bus sont contraints de passer par certaines capitales des pays frontaliers.

Il convient de noter que malgré ces efforts, il est difficile de résoudre le problème surtout en cette période. Car  la pluie étant le premier ennemi de l’heure ne facilite pas la tâche.  Et aussi force est de reconnaitre que le problème de la dégradation des routes en ville est étroitement lié aux problèmes d’assainissement de la ville.

Andiè Adama DARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *