Etymologie : l’histoire de certains noms des pays africains

L’Afrique, continent d’hospitalité, d’amour et de solidarité, regorge de belles histoires et de savoirs. En effet, derrière les noms des États africains se cachent bien des histoires et de significations, parfois  dans les langues nationales ou celles du pays colonisateur. Voici quelques sur l’origine des pays: Mali,  Sénégal, Burkina Faso, Côte-d’Ivoire, Rwanda, Niger-Nigeria.

Mali

« Hippopotame » pour les francophones, Mali, en bambara, une langue nationale, vient de l’Empire mandingue du Mali. Certains habitants appellent aussi le « Mandé ».

En effet, quand le village de Mani devint la capitale de l’Empire du Mali, fondé par Soundiata Keita, au XIIIe siècle, tous les habitants de la région ont pris le nom de Maninkan, devenu par la suite « Maghan denw ka sigiyoro » (la terre des enfants d’empereurs).

En version raccourcie, Maghan denw devint Mandé. Mais, le peuple Maraka traduisit cette appellation dans sa langue. C’est ainsi que « Maghan lémé » donna Malé, ensuite retranscrit Mali en langue Arabe.

Sénégal

Du nom d’une tribu Berbère du Sahara, qui est considérée comme la plus plausible, et probablement en langue berbère, le mot Sénégal est composé de « Sina » qui veut dire « de là » et « id-noughal » qui veut dire « d’où nous revenons » et en langue Berbère, la composition des deux mots signifie « là où nos frontières ». Malgré les contributions de plusieurs spécialistes, il semble toutefois que le débat reste ouvert pour la signification du nom Sénégal.

Côte d’ivoire

La dénomination de « Côte d’Ivoire » est la traduction en Français du nom portugais de Costa do Marfim, donné par les commerçants navigateurs en route vers l’Inde, qui apparaît sur les portulans portugais à la fin du XVIIe siècle.

En octobre 1985, le gouvernement ivoirien a exigé de tous les pays qu’ils utilisent, pour dénommer officiellement le pays, le nom en Français de « Côte d’Ivoire » (de manière similaire aux noms de certains pays qui ne sont pas traduits comme Costa Rica, Sierra Leone, etc.).

Ce nom officiel s’écrit sans trait d’union, faisant exception, comme certains autres noms de pays, aux règles de la typographie française qui prescrivent habituellement, pour la graphie des noms d’unités administratives ou politiques, des traits d’union entre les différents éléments d’un nom composé, et une capitale à tous les éléments (sauf articles…) ce qui donnerait normalement « Côte-d’Ivoire »

Niger / Nigeria

Le fleuve Niger, Djoliba en mandingue, est l’un des plus importants du Sahel et d’Afrique. Le troisième en longueur après le Nil et le Congo.

Son nom viendrait de n’eghirren, « eaux qui coulent » en tamasheq, la langue touarègue. Il a donné son nom aux actuels Niger et Nigeria, sans rapport avec le latin niger, « noir », par ailleurs racine du mot « nègre ».

Mauritanie

Du latin Mauretania, « terre des Maures », Mauri étant le nom donné aux tribus Berbères du nord du Maroc par les Romains, puis par extension les peuples placés sous leur domination sur le territoire de l’actuel Maghreb (« Occident », en Arabe).

D’où vient le mot Mauri ? La racine grecque mavros signifie « noir », et maourassia en grec désignait la terre des Noirs.

Rwanda

Les Banyarwanda, peuples de langue et de culture unique, viennent du royaume précolonial du Rwanda, qui signifie « domaine » ou « pays qui s’étend » en kinyarwanda.

Fondé au premier millénaire après Jésus-Christ, le royaume s’est maintenu jusque sous les colonisations allemandes (1899-1917) et belges, avant d’être aboli en 1961par Référendum, un an avant l’indépendance.

Le territoire du Ruanda-Urundi fut administré par la Belgique de 1922 à 1962 par un gouverneur général, avant de former deux États indépendants, le Rwanda et le Burundi.

Fatoumata KOITA

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*