Actualités Société

Intrants agricoles: des normes à respecter

Le Mali est un pays où l’activité agricole, constitue l’une des principales sources de revenu d’une population agricole estimée à plus de 6 millions de personnes. Pour booster leur rendement, les agriculteurs utilisent des intrants agricoles qui sont pour la grande majorité dangereux pour la santé. Mais, perçus par les agriculteurs comme indispensable. Créant ainsi la concurrence entre de multitude variété de produits qui inondent nos marchés. Des recherches ont révélé que seulement  ¼ des intrants utilisés en Afrique de l’ouest remplissent les normes d’utilisations.

C’est durant la période hivernale que de multitudes d’intrants déferlent sur le marché malien mais il reste à savoir si ces produits sont toujours appropriés, apte à l’utilisation. Certes il est vrai qu’en Afrique de l’ouest, les intrants agricoles ne manquent pas, mais pour ce qui est de la qualité, elle reste à désirer. C’est le constat fait, lors d’une rencontre organisée par le Coraf et la Fondation africaine pour les technologies agricoles en juin dernier au Sénégal il a été révélé que l’Afrique de l’ouest, demeure une zone à problème en matière d’intrants agricoles certifiés

Selon des recherches, seulement 25% de ces intrants que nous retrouvons sur nos marchés ne sont pas certifiés. Au Mali, peu sont ces agriculteurs instruits, ce qui fait qu’ils sont nombreux à acheter des produits de provenance douteuse de mauvaises qualités. Qui souvent ne produisent aucun effet.

Alors que, les intrants agricoles ont un rôle très important sur la quantité et la qualité du rendement agricole. En dehors de cela, l’utilisation d’une mauvaise qualité d’intrants peut avoir non seulement des risques pour la santé de l’homme mais aussi pour l’environnement. Il est donc important que les acteurs du secteur soient guidés par un ensemble de règlement.

Générant de multiples acteurs, soit-il : vendeur, utilisateur ou bien même consommateurs, les engrais et les pesticides de mauvaise qualité présentent un réel danger de santé public. Pour cela, il urge donc que nos autorités veillent aux normes, pour sauvegarder la vie de nos braves paysans, qui s’acharnent à longueur de journée sous le soleil pour garnir nos assiettes.

Adam DIALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *