Actualités Société

La fête des enfants

La fête de Tabaski, est très attendue par les populations maliennes, en particulier les enfants. Une fête qui se prépare activement par les enfants de la capitale, dans les régions, les cercles et même les enfants déplacés du Nord et du Centre, suite à l’insécurité qui sévit dans le pays depuis 2012.

Dans les boutiques du Grand marché de Bamako et dans tous les quartiers, on constate une grande affluence en cette veille de fête de Tabaski.

Dans les différents marchés, pour s’habiller en Bazin le jour de la fête, il faut débourser au moins 2 500 FCFA (moins riche) ou 10 000 FCFA (riche), ou la marque Getzner qui s’arroge ravit la vedette des commandes cette année.

La fête de Tabaski est un moment spécial pour les tout-petits. En effet, pour l’occasion, les enfants doivent être les plus servis, c’est à dire avoir leurs tenues, et pas n’importe lequel. Certains réclament spécialement du Bazin. Au Mali, pendant la fête de tabaski, l’habit, haute gamme, c’est le Bazin riche. Et c’est ce que tout le monde aime porter en ce jour de fête, dira Mme Bocoum, Nene, mère de famille.

« La fête de Tabaski c’est pour les enfants. Quant à nous les mères, c’est juste préparé du bon plat. Ce n’est pas toujours facile, mais nous devons coudre lesdits Bazin pour nos enfants. Il faut noter que le prix du mètre varie entre 6000 FCFA, 7500 et 10 000  FCFA, sans compter les chaussures qui peuvent coûter entre 2500 FCFA à 15 000 FCFA.

Les enfants veulent deux tenues, une pour le matin (le Bazin) et le deuxième pour le soir (prêt à porter).

« Ma plus grande joie est de voir mes enfants bien habillés, en tout sourire», souligne- t- elle.

Il convient de souligner que certains parents achètent des vêtements prêts à porter pour leurs enfants, mais c’est le Bazin qui domine pour la fête de Tabaski.

Dans les familles, au moment où les enfants sont pressés pour la fête. Certains parents s’inquiètent déjà, parce que les temps actuellement sont très durs pour bon nombre de chefs de familles, qui en plus des désirs des enfants doivent faire face aux autres dépenses de la famille (céréales, prix de mouton et de condiments, factures d’eau et d’électricité, etc.)

C’est le cas de Kalilou Bocoum, chef de famille à Titibougou, qui dit avoir pu trouver de l’argent pour remettre à sa femme afin de pouvoir acheter des tenues pour leurs quatre enfants. « Le jour de la fête, les voir sourire, est notre priorité »

Quant à Oumar Koné, chef de famille à Boulkassogogou, il voit plutôt cette fête comme un moment de prière, de pardon et non du gaspillage.

« La fête sera surement belle, malgré toutes ces dépenses, tenues et autres. J’ai déjà acheté les habits pour mes enfants et leur maman », indique Koné qui nous a expliqué que même si ce n’était pas le cas, la famille allait comprendre.

Alors, il faut faire comprendre aux enfants la vraie signification de la fête de Tabaski afin qu’ils n’y voient pas comme un moment de bombance et de gaspillage par excellence.

Fatoumata Koita

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *