Actualités Economie

Poissons importés : une activité en plein essor au Mali

Malgré les nombreuses et immenses cours d’eau (fleuves, lacs, étangs, marécages, lagunes, etc.) qui font la fierté du Mali, et assurent l’approvisionnent correct du Mali en produits halieutiques, le secteur de la pèche est fait face aujourd’hui à de multiples problèmes. Le poisson frais manque dans nos eaux. Une situation consécutive aux effets néfastes des changements climatiques, l’ensablement du fleuve. De nos jours, la filière poisson survit grâce à l’importation des produits halieutiques en provenant de la Chine.  

La production de nos multiples cours d’eau ne parvienne plus à couvrir les besoins de consommation nationale. En effet, l’offre de poissons est fortement déficitaire à la demande de la population. Causant une importation de poissons de mer congelés de tout genre. Ces poissons nous proviennent d’un peu partout, particulièrement de la chine, du Sénégal, de la Mauritanie, etc.

 Les captures de pêche sur les fleuves connaissent une baisse importante, alors que la demande ne cesse d’augmenter au regard de l’accroissement démographique, particulièrement dans les centres urbains. Les communautés de pêcheurs, le long du fleuve Niger, enregistrent une diminution régulière de leur activité. Ceci est dû à l’ensablement du fleuve, au développement des périmètres irrigués, qui suppriment les zones traditionnelles de prédilection des alevins, et surtout une surexploitation de la ressource.

En dehors des fleuves, il existe des mares et autres retenues d’eau où sont pratiquées des opérations d’empoissonnement. Il s’agit de pisciculture extensive sans apport de nourritures aux poissons et même de fertilisants.

 

Face à la désertification et à l’ensablement du fleuve, la Fédération nationale des pêcheurs du Mali a recommandé à ses membres de s’engager dans la pisciculture, qui apparait comme la seule alternative crédible, afin de compenser la diminution des revenus de la pêche et ainsi subvenir aux besoins de la clientèle.

Importation du poisson norvégien surgelé en Afrique de l’Ouest

Actuellement, plusieurs pays européens, comme la Norvège, exportent une grande partie de leurs produits aquatiques vers différents pays africains, notamment la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Nigéria, le Burkina Faso, le Mali, etc.

Selon les chiffres, fournis par Norwegian Seafood Council, l’Afrique de l’Ouest représente la moitié des exportations de poissons et produits de la mer (essentiellement du poisson congelé) de Norvège vers l’Afrique, de l’ordre de 47à 48%.

Le Nigeria représente l’un des principaux marchés des produits de la pêche de Norvège. Un marché en baisse, indique-t-on. Ainsi, de 2014 à 2016, les exportations norvégiennes vers le Nigeria ont chuté de 1,3 million de tonnes à 888 320 tonnes, soit -33%.

D’autres pays d’Afrique de l’Ouest, mais de plus petits marchés, ont réduit également leurs volumes importés. C’est le cas de la Guinée, la Guinée-Bissau, le Liberia, le Niger, la Sierra Leone et le Togo.

Par contre, les importations du Ghana ont fortement grimpé, dépassant celles de la Côte d’Ivoire. Le Burkina Faso et le Mali ont eux, quasiment doublé leurs volumes importés.

Adam DIALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *