Actualités Culture Société

Tabaski : genèse de cette fête religieuse

L’expression Aïd El-Kébir signifie la « grande fête ». Dans certains pays musulmans, on utilise le nom aïd Al-Adha : la «fête du sacrifice».

Au Mali, comme dans de nombreux pays musulmans, cette fête est surtout marquée par l’immolation d’un mouton, voire d’une chèvre, d’un veau… Selon les prédicateurs, seuls les chevaux, les ânes, etc. ne peuvent être sacrifiés à l’occasion de la fête de Tabaski.

Comment cette fête, célébrée par les musulmans du monde, est venue ?

Sonnant la fin du pèlerinage à La Mecque, la fête du Tabaski a lieu le dixième jour de dhou l-hijja (le douzième mois du calendrier de l’Hégire) soit approximativement 50 jours après la fin du Ramadan. Dans la tradition musulmane, l’Aïd El-Kébir commémore la soumission d’Ibrahim à Dieu. Dans le Coran, il est indiqué que ce prophète a reçu dans ses rêves, l’ordre divin de sacrifier son fils Ismaël. Celui-ci, réconforté dans sa foi, a accepté d’être immolé par son père, le prophète Ibrahim (ou Abraham) avait attendu pendant 25 longues années pour avoir le fils que Dieu lui avait promis.

Mais au moment où il tentait d’égorger son fils, l’ange Djibrill (Gabriel) envoyé par Dieu, substituait au dernier instant l’enfant par un bélier. En souvenir, il est donc recommandé depuis lors, que les musulmans sacrifient un animal (mouton, chèvre, bovin…).

L’histoire de l’Aïd enseigne que Dieu a mis la foi d’Abraham à l’épreuve, et sauvé son fils de la mort grâce au sacrifice d’un bélier.

Tout ceci est arrivé, il y a 4000 années, là où est située aujourd’hui la ville de Jérusalem. C’est le côté historique de l’histoire du sacrifice d’Abraham.

Une fête à récompenses !

Selon les récits interrogés sur la rétribution de l’immolation d’un bélier le jour de cette fête, le Prophète répondit : «Pour chaque poil, vous recevez une bonne action».

Quant aux érudits, ils confessent: «le jour du Sacrifice est le jour le plus important auprès d’Allah ».

Dans un hadith rapporté par At-Tirmidhî, selon Aisha, le Prophète Mohamed a dit : «Il n’y a pas une œuvre plus agréable auprès de Dieu que l’homme puisse accomplir le jour du sacrifice que de faire couler le sang».

Une fête de partage et de solidarité musulmane :

L’Aïd est un jour de fête durant lequel, il est recommandé aux fidèles musulmans de faire preuve de générosité, de bienfaisance et de bonté. La viande du mouton immolé doit être divisée en trois parties. Un tiers reste en famille, une partie est donnée aux voisins et l’autre aux pauvres.

Ousmane Tangara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *