Bourses d’excellence 2019 : 15 bénéficiaires dont 9 filles déjà en France

La salle de réunion du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a abrité, le lundi 23 septembre 2019, la cérémonie de départ de la Promotion 2019 des boursiers d’excellence. C’était sous la présidence du ministre de tutelle, Pr. Mahamoudou Famanta, accompagné par son homologue de l’Education nationale, Dr Témoré Tioulenta et de l’Ambassadeur de France au Mali, Joël Meyer. On y notait la présence des boursiers, leurs parents et leurs encadreurs. 

L’Ambassadeur de France au Mali a félicité les succès enregistrés par ce Programme qui a contribué à tisser des liens forts entre les deux pays par la plus belle des entremises, celle du savoir, de la compétence et des échanges culturels.

Aussi, a-t-il rappelé, 2020 marquera les 20 ans de la création de ce Programme.

« Cette longévité s’explique par la robustesse du partenariat qui unit nos deux pays via le Ministère en charge de l’Enseignement supérieur, de l’Ambassade de France et de l’Université de Grenoble-Alpes qui accueille dans les meilleures conditions d’encadrement possibles tous les nouveaux boursiers », a-t-il fait savoir.

Pour sa part, le ministre de l’Enseignement supérieur a remercié l’Ambassade de France pour le soutien sans faille qu’elle ne cesse d’accorder à la mise en œuvre de ce programme.

Selon lui, la solidité du partenariat, qui leur unit autour de l’objectif partagé de formation de qualité de nos meilleurs bacheliers, contribue grandement à la réussite de ce programme.

« Je n’oublie pas notre partenariat universitaire, la Communauté Université Grenoble-Alpes, et surtout le site de Valence, qui accueille nos boursiers pour leurs deux premières années d’études », a-t-il déclaré.

En s’adressant aux jeunes boursiers, le ministre Famanta a indiqué que les jeunes s’envolent pour entamer leur parcours universitaire en France, en découvrant un nouvel environnement d’étude, de nouvelles façons d’apprendre, mais aussi un nouveau cadre de vie où ils doivent s’adapter.

« Ce ne sera pas toujours facile, surtout au début, d’autant plus que vous allez arriver alors que l’année universitaire aura été déjà entamée depuis plusieurs semaines », a-t-il dit.

Avant de conseiller aux jeunes de faire preuve de solidarité, d’esprit de corps, mais aussi de curiosité vis-à-vis de ce nouvel environnement.

« Je compte sur vous pour vous concentrer pleinement sur votre formation et réussir brillamment vos études en France. Par ailleurs, je vous rassure que toutes les conditions sont réunies pour que ce soit le cas, », dira-t-il.

En outre, le ministre Famanta a conseillé aux boursiers de revenir au Mali après l’obtention de leurs diplômes pour mettre leurs connaissances, leurs compétences et leurs expériences au service du développement du Mali, que ce soit dans le secteur public (notamment dans l’Enseignement supérieur et la recherche scientifique), dans une activité salariée ou dans l’entrepreneuriat.

À ce sujet, il a rappelé qu’un engagement signé les oblige à revenir au Mali et que le non-respect de cet engagement entraînera un remboursement des sommes investies pour la formation.

Quant à la porte-parole des boursiers, Manamba dite Sissé Traoré, elle a rassuré que partout où ils seront dans le monde entier, c’est à travers eux, que les étrangers verront l’image du Mali. C’est pour cette raison, elle a promis au nom de ses camarades d’être les meilleurs partout où ils iront dans ce monde, d’apprendre et de revenir au bercail une fois les études terminées car l’objectif de ce programme est de former les lauréats en France afin qu’ils puissent revenir et servir le Mali.

Notons que ce Programme est constitué de deux bourses différentes. Il s’agit de la Bourse d’études universitaire du gouvernement français (BGF) qui compte 5 bourses financée par la France. Et la Bourse d’études universitaire du gouvernement malien (BGM) qui compte 10 bourses, financée par l’Etat du Mali.

Rappelons que le Programme de bourses d’excellence pour le Mali, initié à la fin des années 1990 par le président Alpha Oumar Konaré, a pour objectif de former des compétences de haut niveau pour les mettre au service du développement socio-économique du Mali. Et depuis son lancement, 280 jeunes ont bénéficié de ce programme. Nombreux sont ceux qui sont aujourd’hui diplômés et d’autres sont encore en cours de formation en France.

Seydou Karamoko KONE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*