Actualités Société

Bureau du Vérificateur Général: des journalistes formés pour l’exploitation saine du Rapport

«Pour une meilleure communication au profit des citoyens», tel est le thème de l’atelier d’échanges de deux jours, organisé, le jeudi 5 et vendredi 6 septembre 2019, à l’intention d’une trentaine d’hommes de médias, à Fana, par le Bureau du vérificateur général (BVG) avec le soutien technique et financier des Affaires mondiales Canada, à travers le Projet redevabilité publique et participation des femmes au Mali (RPPFM).

La cérémonie d’ouverture de l’atelier était placée sous la présidence du ministre de la Communication, chargé des relations avec les institutions, Porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré ; en présence du Vérificateur général, Samba Alhamdou Baby; du Gouverneur de Dioila, Dédéou B Maiga. On y notait aussi la présence du Procureur du Pôle économique, Mamadou Kassougué ; du président du Conseil national de la société civile, Boureima Allaye Touré et du représentant du RPPFM, Michelle Akpo.

Cet atelier d’échanges, initié par le Bureau du vérificateur général, s’inscrit dans le cadre de la diffusion des rapports individuels de vérification. Au fait, selon les initiateurs, le présent atelier vise à permettre aux participants, notamment les hommes de médias de mieux comprendre et d’exploiter judicieusement les rapports individuels de vérification qui sont rendus publics et à les outiller pour accompagner la nouvelle stratégie de communication du BVG.

Selon le Vérificateur général, la publication des rapports individuels de vérification auprès de l’opinion nationale et internationale, de même que les rapports annuels, s’inscrit dans une nouvelle dynamique, caractérisée par une innovation majeure aussi bien pour la communication du Bureau que pour son dispositif opérationnel. « Elle vise à mieux informer sur le contenu des travaux de vérification en vue d’une plus grande promotion de la bonne gouvernance économique et financière en République du Mali », a-t-il indiqué.

Aussi, a-t-il fait savoir, cet atelier vient à point pour renforcer surtout les capacités des professionnels de médias avec les panels, en vue d’établir une collaboration pérenne qui favorisera la compréhension de la nouvelle méthodologie et accroitre l’impact de la diffusion des rapports individuels du Bureau.

Pour le ministre Yaya Sangaré, en invitant les professionnels des médias à une telle rencontre, le Vegal a choisi une communication essentielle envers les acteurs de la gouvernance.

« Car chaque citoyen est lié à un médium avec lequel il se sent familier ou attaché par l’approche, un rapport intime qui favorise sa lecture, sa compréhension et son appropriation d’un contenu médiatique», a-t-il déclaré.

A son avis, en transposant cette dynamique sur l’exploitation des rapports individuels de vérification, les professionnels des médias feront face à un défi nouveau. Celui, souligne-t-il, de rendre accessibles des contenus professionnels ou normatifs en faisant de sorte qu’ils soient suffisamment allégés et compréhensifs pour leurs cibles. Les thèmes abordés sont entre autres : « Les techniques et méthodologie de vérification et de rédaction d’un rapport de suivi des recommandations » ; « L’étude de cas, à travers un rapport individuel de suivi des recommandations publié » ; « les techniques et méthodologie de vérification et de rédaction d’un rapport de vérification financière » ; « l’étude de cas d’un rapport individuel de vérification financière publié » ; « les techniques et méthodologie de vérification et de rédaction d’un rapport de vérification de performance » ; « l’étude de cas, à travers un rapport individuel de vérification de performance publié »,

«L’exploitation d’un rapport individuel de vérification par les professionnels des médias»; «la déontologie journalistique et les défis de la triangulation des sources » ; « l’exploitation des flux RSS relatifs aux rapports individuels de vérification ».

Ces thèmes ont été exposés respectivement par le Vérificateur général adjoint, Famory Keita, les vérificateurs Amadou Diallo, Daouda Coulibaly, Mme Nah Diarra, et le journaliste Makan Koné.

Seydou Karamoko KONE, envoyé spécial à Fana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *