Eaux usées à Bamako : entre réalité et fatalité

L’assainissement consiste à améliorer la situation sanitaire globale de l’environnement. D’où la collecte, le traitement et l’évacuation des déchets liquides et solides. L’avantage principal de l’assainissement est de protéger et d’améliorer la santé humaine en brisant le cycle de transmission des maladies hydriques.

Comme les déchets solides, ceux liquides, notamment les eaux usées ont besoin d’une bonne gestion. Le contraire est source de plusieurs maladies. L’amélioration des conditions de vie humaines passe par un environnement sécurisé, sain, l’approvisionnement en eau potable et nourriture, et des besoins sanitaire adaptés. Mieux, vivre dans un environnement propre doit être le combat quotidien de tout le monde.

En effet, la problématique des eaux usées au Mali en général, et à Bamako en particulier, n’est plus un secret. Nombreux sont obligés de respirer ces odeurs nauséabondes à couper le souffle provenant de ses eaux usées et des toilettes.

Au-delà de la dégradation de notre environnement, les eaux usées ont aussi des impacts sanitaires à ne pas négliger. Ce fléau est la source d’une insalubrité ambiante, le nid des mouches, des moustiques, et microbes vecteurs de nombreuses maladies notamment le paludisme qui est devenue une endémie dans notre pays.

Dr Modibo Soumaré, promoteur et directeur de la clinique le Défi nous en parle « Le paludisme transmis à l’homme par l’anophèle, la femelle du moustique, est une maladie connue de tout le monde. Il sévit dans nos pays comme maladie endémique. Par ailleurs, les eaux usées peuvent être le nid des mouches qui favorisent les maladies par le périf fécal comme la diarrhée ou la fièvre typhoïdes. », a -il fait savoir.

Par ailleurs, il convient de souligner qu’elles entrainent la contamination des sols, de l’air, des eaux de surface et des eaux souterraines et la pollution de la nappe phréatique. Exemple : les produits chimiques déversés par les teinturières dans les caniveaux ou dans la rue.

Le phénomène devient alarmant, car de plus en plus, les teinturières se multiplier au fil des ans. Et cela joue réellement sur la santé.

Selon les spécialistes, les eaux usées peuvent causer des problèmes de santé majeurs : « Le paludisme dans sa forme la plus grave est le néo-paludisme. Cette forme peut entrainer des compulsions et même la mort. C’est pourquoi il est nécessaire d’assainir les eaux usées afin de préserver la santé de la population. Tout cela peut être éviter, si nous travaillons sur les eaux usées, les eaux stagnantes, et surtout s’occuper de leur évacuation », préconise Dr Soumaré qui conseille surtout de curer les caniveaux, assainir les rues, creuser de larges caniveaux, dérater les eaux stagnantes.

A Bamako, l’engendrement des eaux usées est dû au comportement de la population. La preuve, quand il pleut, nombreux sont ceux qui déversent leurs ordures, ouvrent leurs fosses septiques dans la nature.

Malgré la création de l’Agence nationale de gestion des stations d’épurations du Mali (ANGESEM), en 2002, chargée du traitement des eaux usées des hôpitaux, des unités industrielles, des ménages pour les rendre utilisable, les eaux usées prolifèrent dans la capitale. La raison : l’incivisme de la population ?

En tout cas, la gestion efficace des déchets ménagère aussi bien que les eaux reste un véritable défi tant sanitaire qu’environnemental pour tous.

Certes, quelques tentatives existent mais elles se sont avérées jusque-là très timides dans le traitement efficace des déchets solides et liquides particulièrement dans la capitale malienne.

C’est pourquoi, il est conseillé de creuser de larges caniveaux, curer ceux qui existent pour réduire l’impact des eaux usées sur l’environnement et la santé. Toute chose qui ne saurait être une fatalité.

La solution en la matière passe par divers niveaux, d’abord à l’échelle locale avec notamment la prise de conscience des populations ; ensuite au niveau communal, avec une plus grande responsabilité des collectivités et enfin à l’échelle nationale avec des mesures et politiques volontaristes des gouvernants, alliant prévention et sanctions.

Assitan SIGA FADIGA

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*