Relation amoureuse des adolescents : que retenir ?

Il n’est un secret pour personne l’impact qu’engendre la culture étrangère sur l’éducation de nos enfants. En effet, avec l’arrivée des civilisations occidentales, notamment les séries télévisées telles que Télénovelas, et feuilletons, beaucoup de nos us et coutumes ont changé.

Certes ces mass médias sont des moyens d’information et de divertissement, mais, elles contribuent à inculquer une mauvaise éducation au sien de nos familles, et dépravent nos traditions à un moment où certains parents ont démissionné de leur rôle de ce bon chef de famille.

En effet, l’autorité des parents est en bas de l’échelle, avec la diffusion de certains feuilletons à des heures où les enfants devraient apprendre leurs leçons ou au lit.  Ce qui n’est pas sans conséquences pour bon nombre de ces enfants.

 L’éducation dans nos familles a pris un sacré coup. La preuve : ce qui était, avant, perçu comme une honte ne l’est plus aujourd’hui.  Des jeunes filles et garçons à la fleur de l’âge qui sont déjà mère et père. Cela est même devenu une fierté pour certains.

 Auparavant, il était pratiquement imaginable de voir un enfant s’arrêter dans la rue avec une copine. L’enfant avait peur de s’embarquer dans des relations amoureuses avant l’âge de la maturité.

Mais de nos jours, les signes de la mauvaise éducation sont visibles partout. Il est fréquent qu’un petit garçon se permet de débarquer chez une petite fille, devant ses parents, sans que ces derniers ne pipent un seul mot. Pis, il n’est pas rare de voir dans les rues, des jeunes tourtereaux s’embrasser sans gêne pour le public présent. Tout est permis de nos jours, pour les jeunes amoureux qui se permettent de saper au vu et au su de tout le monde nos valeurs traditionnelles.

Plus grave, certains parents vont jusque à jouer le rôle de proxénète de leurs filles : « X est devant la porte » ou encore en sortant, ils demandent à leur fille de leur apporter à manger en revenant sachant bien qu’elle n’a pas personnellement de l’argent.

Le commerce du sexe, les avortements clandestins, la consommation des stupéfiants n’ont jamais été aussi flagrants dans notre société. C’est juste désolant et peineux.

La démission des parents de leur rôle d’éducateur, conjuguée à l’absence de l’autorité de l’Etat, le tout sous le sceau de la mondialisation, ont fortement désorienté les enfants d’aujourd’hui qui n’ont plus de repères, encore moins de respect pour personne.

Cependant, il faut également souligner qu’au Mali, parler de sexualité avec son enfant reste pour bon nombre de parents comme un tabou, alors que la communication joue un rôle prépondérant dans l’éducation des enfants. Tachons d’y penser !

Fadimata KONTAO

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*