Relations sexuelles monnayées : quand des gigolos marquent leur territoire

Aujourd’hui, dans la société malienne, on assiste à une dégradation progressive des mœurs. En effet, l’homosexualité, la pédophilie, la pratique lesbienne, sont devenues monnaie courante à Bamako. Des jeunes hommes, à la fleur de l’âge, couchent même avec des vieilles femmes ou d’autres hommes pour de l’argent. Cette pratique constitue un gagne-pain pour beaucoup de jeunes garçons qui deviennent de véritables objets sexuels pour ceux qui sont en perpétuelle quête de plaisir intense. Ce sont là quelques témoignages révélateurs qui renseignent sur ce véritable phénomène social, qui a atteint, de nos jours, des proportions insoupçonnées.

Un jeune chauffeur qui a accepté de témoigner, loin des regards indiscrets sous l’anonymat, nous confie ceci : « je suis le chauffeur d’une femme aisée de la place. C’est une veuve et elle a des enfants plus âgés que moi. Au début, ce sont des rapports de travail qui nous liaient. Le week-end, quand je l’amenais chez une de ses copines, elle se mettait à côté de moi tout en me caressant la main.

Un jour, elle m’a demandé de lui monter une nouvelle lampe dans sa salle de bain. Au moment où je m’acquittais de cette tâche, elle m’a rejoint dans la salle de bain toute nue. J’ai eu tellement peur ce jour-là que j’ai cassé la lampe».
Tout en allumant une cigarette, il poursuit : «Par la suite, nous avons fait l’amour ensemble. C’est ainsi qu’elle m’a remis 50 000 FCFA en me promettant beaucoup de cadeaux. Depuis lors, je ne manque plus de rien, elle me donne tout ce dont j’ai besoin. Ainsi, je suis devenu son objet sexuel. Je ne peux plus me passer d’elle à cause des grosses sommes d’argent qu’elle me donne ».
Beaucoup de jeunes sont dans la même situation que ce chauffeur. Ces gigolos s’adonnent à cette pratique qui est leur gagne-pain.

Toujours dans la recherche effrénée d’une seconde jeunesse, certaines femmes se mettent au volant de leur voiture à la recherche de jeunes hommes avec qui, elles peuvent passer d’agréables moments. « Actuellement, je suis avec une femme, cadre d’une grande banque de la place. J’avoue qu’elle est de la même génération que ma mère. On s’est connu au parcours sportif, où elle vient tous les soirs pour pratiquer du sport. Chaque fois, la femme me dévorait des yeux. Un beau jour, madame m’a proposé de l’accompagner chez elle après mes exercices. En cours de route, Maï m’a invité chez elle. C’est ce même jour que nous avons eu des relations sexuelles. Elle a beaucoup apprécié et m’a remis une grosse somme d’argent en disant de lui faire part toujours de mes soucis financiers à l’avenir. C’est ainsi que j’ai continué à la fréquenter. Financièrement, je ne me plains plus avec cette dame qui est très généreuse avec moi », confie le jeune sportif.
Beaucoup de jeunes veulent soutirer de l’argent à ces « mamies » qui cherchent du sang neuf.

« Les vieilles femmes très riches sont devenues nos cibles, car elles entretiennent financièrement les jeunes. Elles réclament en retour d’intenses moments de plaisir. Dans notre salle de musculation, beaucoup de femmes âgées se font sauter par des hommes. Je sors avec deux femmes à la fois et elles savent mettre la main dans leur portefeuille. Je n’ai plus rien à envier aux salariés. Je passe tout mon temps à m’entraîner pour défoncer ces dames qui ne cherchent que du plaisir », témoigne A. Diakité.

Paul Y. N’GUESSAN  

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*