US et Coutumes : les cauris dans l’art au Mali

La culture africaine est riche, dense et variée. En effet, l’art africain l’illustre de fort belle manière. Dans l’art africain, les cauris est un des éléments les plus utilisé.

Autrefois, considérés comme la force de l’Océan, aujourd’hui, les cauris symbolisent la prospérité et la beauté. Au Mali, les cauris reconnus pour ses valeurs à la fois mystiques et culturelles, entrent également dans la fabrication de nombreux objets d’arts par les artisans.

Dans la société traditionnelle malienne, les cauris étaient très appréciés. Ils étaient objets de parures et de monnaie.  Les cauris avaient une valeur inestimable aux yeux de nos grands-parents qui les attribuaient à des vertus essentielles. Les cauris étaient également perçus comme un élément de fécondité.

Aujourd’hui encore, les cauris sont portés comme Talisman, un objet de protection contre le mauvais œil. En effet, de nos jours, les cauris sont certes, utilisés dans la mode, mais garde toujours ses valeurs mythiques. Aujourd’hui les cauris sont très prisés par les Occidentaux. Ce qui rend souvent son prix exorbitant.  Sur les étables, sous les hangars, à la Maison des artisans de Bamako, ils sont nombreux les artisans qui conçoivent des bijoux originaux et raffinés, aux formes allongées et autres avec les cauris qu’ils mélangent généralement avec de l’argent et d’autres métaux.

Ils y ajoutent parfois des perles. Mais c’est surtout les cauris qui dominent. Ses créations honorent le plus souvent la culture malienne et africaine, en général.

Il faut noter que les cauris sont une matière difficile à travailler. Il demande beaucoup de patience, d’humilité et de concentration.

Par ailleurs, rapportent les anciens, on apprend toujours au contact des cauris, car c’est une perle mystique et revêt de nombreuses valeurs dans la culture africaine. C’est pourquoi les cauris sont utilisés par les artisans pour fabriquer des bracelets, des bagues, des colliers chaussures et sacs.

 «Je suis Moussa Kodio, artisan. Je fabrique des accessoires de beauté de tout genre. J’utilise les cauris dans la confection de certains bijoux, comme ce genre que vous voyez. Les colliers, les bracelets, et les bagues sont achetés par les touristes, les artistes et certaines personnes qui aiment les œuvres d’arts. Ils sont beaucoup demandés», raconte-t-il.

Le cauris est un objet mystique qui est connu pour ces secrets et valeur qui font que souvent il devient difficile de ne pas s’y intéressé.

Le cauris est également un objet dont la manipulation demande une certaine dextérité, et de la patience à l’artisan.

«C’est parfois le cauris qui décide. Il a ses propres règles. Il nécessite beaucoup d’apprentissage et énormément de lucidité. Travailler avec les cauris implique une certaine initiation aux valeurs mystiques africaines, car souvent en travaillant, ils peuvent nous apprendre des choses, ainsi que des faits passés ou à venir à travers des signes que le profane ne peut déchiffrer», révèle-t-il.

Les cauris servent aussi dans la décoration de meubles et dans la fabrication des tableaux.

«Je fabrique des tableaux et d’autres objets de décoration, Mes articles sont achetés en général par les propriétaires de restaurant, des hôtels ou par les amoureux de l’art. Comme vous le voyez, vous avez le choix, il y a des tableaux, des vases, des statuettes et autres. Mais le seul problème est que les Maliens ne connaissent pas la valeur de ces objets et jugent souvent chers», conclut-il.

ADAM DIALLO

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*