G5 SAHEL : Les Chefs d’Etat-major en conclave, les terroristes s’organisent

Nouakchott, la capitale de la Mauritanie, a abrité la semaine dernière, la 9e session des Chefs d’état-major des armées (CEMA) du G5 Sahel. Cette réunion intervient dans un contexte marqué surtout par la recrudescence des attaques terroristes, particulièrement au Mali et au Burkina Faso. Les patrons des armées auxquels s’est joint le commandant de la force Barkhane, ont cogité sur la réorganisation du Comité de défense et de sécurité de l’organisation.

En effet, les réunions du G5 Sahel se succèdent, mais tardent à produire des effets sur le terrain où la situation ne fait qu’empirer. Et pour cause, nombreux sont les Maliens et Burkinabé, victimes d’attaques incessantes des terroristes qui s’interrogent sur la réelle capacité des forces militaires déployées sur le terrain (G5 Sahel, MINUSMA, Barkhane) à pouvoir combattre efficacement le terrorisme dans le Sahel.

Cette 9e session des CEMA a d’ailleurs été mise à profit par l’hôte mauritanien, le général Mohamed Cheikh Elemine, pour appeler à plus de diligence dans la mobilisation des moyens financiers pour plus d’efficacité de l’organisation.

« Je saisis cette occasion pour lancer un appel aux instances compétentes pour plaider davantage pour une rapide mobilisation des financements des projets de défense et de développement », a-t-il déclaré. Par ailleurs, pour bon nombre d’observateurs, le G5 Sahel manque véritablement de cohésion. Toute chose qui explique les facilités avec lesquelles les terroristes s’attaquent à leurs cibles (militaires ou civiles) quand, où et comme ils veulent, sans ripostes appropriée des forces militaires déployées sur le terrain.

Une chose est certaine, plus l’opérationnalisation du G5 Sahel tarde, plus les terroristes gagnent du terrain, et l’on peut même se demander, avec la mutation rapide des stratégies des ingénieurs du mal, si le retard pourra être rattrapé. En tout état de cause, l’enlisement de la situation sécuritaire est en train de briser l’espoir que les populations des Etats membres avaient placé au G5 Sahel qui ressemble de plus en plus à une coquille vide.

Paul Y. N’GUESSAN

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*