Urbanisation : Enjeux du développement harmonieux de nos villes !

En prélude à la commémoration de la Journée mondiale des villes qui sera célébrée le 31 octobre 2019,  les professionnels du secteur de l’habitat et de l’urbanisme du Mali ont entamé, depuis le 14 octobre et cela jusqu’au 28 octobre, des journées de concertation et de réflexion sur les défis auxquels nos villes sont confrontées. Cette rencontre de 15 jours a pour objet de créer un cadre de vie plus agréable dans nos villes.

En effet, la problématique de la croissance urbaine et du développement urbain est un enjeu majeur de l’évolution dans le monde. La preuve : aujourd’hui plus de 50% de la population mondiale vivent dans la zone urbaine.

Le Mali, en 2017, comptait 3 274 727 citadins sur une population totale de 14 528 662 habitats.

Le réseau des villes était caractérisé par l’existence de 724 localités, dont 214 ont plus de 5000 habitats et 29 plus de 20000 habitants. Une situation qui est loin de se stabiliser et pose d’énormes défis pour le développement harmonieux des villes maliennes, notent les professionnels du secteur de l’habitat et de l’urbanisme.

À travers les présentes journées de concertation et de réflexion, il s’agit alors de penser la planification, l’aménagement et la gestion harmonieuse des villes et des agglomérations urbaines en mettant en œuvre un nouveau programme de nos villes pour accroître la productivité et renforcer l’intégration économique.

Ce nouveau programme permettra de créer un environnement vivable qui facilite la vie des populations grâce à une plus grande densification. Ainsi les villes vont améliorer non seulement leur productivité, mais aussi stimuler l’innovation et la diversification économique nationale.

Selon le ministère de l’Habitat, de l’urbanisme et du logement social, ces journées constituent un cadre d’échanges sur les enjeux du développement harmonieux de villes maliennes et leur traduction en plan d’actions du département. Pour ce faire, il estime prioritaire de définir de manière pertinente les villes et leurs limites.

En effet, indique-t-on, généralement, les zones urbaines et rurales sont distinguées selon des critères de taille des localités ou selon leur statut juridique.

Pour les initiateurs de ces présentes journées de réflexion, une urbanisation réussie contribuera aussi à la transformation de l’agriculture et de l’économie rurale, dans la mesure où elle permettra d’absorber la main-d’œuvre provenant de ces secteurs, d’offrir des débouchées aux produits agricoles et de financer le développement des processus de transformation et de commercialisation.

Actuellement, les villes maliennes connaissent une urbanisation considérable. Cette urbanisation sans précédent induit des menaces au plan environnemental sur les terres agricoles avec les gestions des déchets non maitrisés, la pollution et les risques sociaux avec les tensions sociales.

De nos jours, il y a aussi l’émergence d’une économie clandestine et des risques sur la santé avec des épidémies.

Avec le processus de décentralisation en cours, qui prévoit le transfert de certaines compétences, il revient aux collectivités de gérer l’eau, l’assainissement, les déchets, l’électricité, la voirie, etc., sans compter que ces collectivités manquent les moyens humains, techniques et financiers de base.

Par ailleurs, pour la plupart de nos villes, les ressources financières augmentent moins vite que leurs compétences avec les difficultés de recouvrement des impôts.

Ces journées d’échanges sur les enjeux du développement harmonieux de nos villes qui réunissent les professionnels du secteur et leurs partenaires permettront de créer un cadre de vie plus agréable dans nos villes.

Andiè Adama  DARA

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*