Barrage hydroélectrique de Taoussa : Bientôt les travaux de construction reprendront !

Les travaux de construction du barrage hydroélectrique de Taoussa (cercle de Bourem, région de Gao) lancé depuis 2010, mais suspendus à cause de la crise de 2012 et l’insécurité qui règne dans la zone, vont bientôt reprendre. C’est du moins ce qu’a déclaré au micro de nos confrères du Studio Tamani, un responsable régional de l’Autorité pour l’aménagement dudit barrage.

Aussi, a-t-il fait savoir, le processus de réattribution du marché est en cours. En effet, soutient-il, avec la crise, il fallait obligatoirement reprendre certaines procédures pour la réalisation de cette infrastructure dont la réalisation permettra non seulement de contribuer à l’autosuffisance alimentaire dans la boucle du Niger, mais aussi d’assurer le trafic fluvial et routier entre les régions de Tombouctou et de Gao.

Par ailleurs, apprend-on, si le processus de réattribution du marché est en cours, la construction du site pour la réinstallation de 140 villages qui seront relogés, avance à hauteur de souhait. Cette construction permettra l’aménagement de 130 000 ha de terre dont 450 ha/an. Elle concerne aussi la construction d’infrastructures routières.

Avec l’aménagement de ce barrage, les plus hautes autorités du Mali entendent minimiser l’impact des déficits pluviométrique sur le régime du fleuve Niger. La preuve : Il favorisera également la restauration de l’écosystème en amorçant le développement économique régional, à travers l’agriculture, l’élevage et la pêche. Ce qui va accroitre la production de l’énergie hydroélectrique à Bourem et environ.

Pour rappel: Le montant du marché initial qui concernait les travaux de génie civil, la fourniture et l’installation des équipements hydromécaniques, s’élevait à 57,7 milliards de FCFA, dont le financement est assuré par la Banque Islamique de Développement, le Fonds Koweitien pour le développement économique Arabe, le Fonds d’Abu Dhabi, la Banque Arabe pour le développement économique de l’Afrique, le Fonds Saoudien pour le Développement, le Fonds de l’OPEP, la Banque Internationale pour le Commerce et le Développement et le budget national.

Andiè Adama DARA

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*