Commerce en ligne : le métier de livreur en vogue au Mali

Actuellement au Mali, le E-Commerce qui consiste à livrer jusqu’à domicile certains produits achetés via Internet, connait une ascension fulgurante. Le E-Commerce, en vogue dans notre pays, a donné de nos jours, naissance à un nouveau job (le livreur), devenu une alternative au chômage pour bon nombre de jeunes diplômés sans emplois.

Aujourd’hui faire le marché, demande un déplacement ce qui n’est pas une chose facile à Bamako par ces temps d’embouteillage et d’inaccessibilité de certains points de vente. Voilà pourquoi, bon nombre de personnes font recours aux achats en ligne. Et pour faciliter l’acheminement des marchandises vers les clients, ces vendeurs travaillent avec des jeunes livreurs qui se chargent d’amener les marchandises jusqu’aux aux clients. Il suffit juste d’avoir une moto et un numéro de téléphone sur lequel les clients et les vendeurs puissent vous joindre. Un travail pas comme les autres mais qui rapporte, témoigne ce jeune livreur.

« Je suis Mamadou Traoré. J’ai une Maîtrise en Sciences sociales. Comme je n’arrivais pas à avoir de travail, j’ai décidé de partir aider ma cousine qui a une boutique au Golf. Et c’est ainsi que les choses ont commencé. Comme j’avais une moto, ma cousine m’a demandé de faire des livraisons et les frais seront pour moi et j’ai accepté ».

Aujourd’hui, ce jeune homme, qui a fait de cette activité un métier, gagne bien sa vie : « là où je suis, je travaille avec trois commerçantes. Dès qu’elles ont des commandes, elles m’appellent pour la livraison. Je livre partout à Bamako et les frais sont fixés en fonction du trajet. Les frais de livraisons commencent à partir de 1 000FCFA. Et souvent, je passe la journée à faire que des livraisons », souligne-t-il.

Comme tout autre métier, celui-là aussi comporte des difficultés : « le plus dur c’est un travail qui se fait à moto donc cela comporte des risques. Et avec les embouteillages, c’est encore plus dur. Mais le plus grave, c’est que certains clients qui ne sont pas faciles, mais bon, on fait avec. C’est mon gagne-pain et je n’en ai pas honte », soutient le jeune Mamadou Traoré.

Le monde évolue, et il faut changer avec le temps : « maintenant, les gens ont encore des réserves concernant ce travail, mais une chose est sûre : il y aura un moment où les gens n’auront plus le temps de faire des heures entre les boutiques, et le livreur sera indispensable. Je pense nous sommes en train de nous imposer petit à petit », conclut-il

ADAM DIALLO

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*