Documents administratifs : le DG de la police siffle la fin de la surfacturation

Face au problème de surfacturation sur l’obtention des documents administratifs au niveau de tous les Commissariats de police, Brigades de gendarmerie, dont certains cas avérés ont été balancés sur les réseaux sociaux récemment, le Directeur général de la Police nationale, l’Inspecteur général Moussa Ag Infahi, est monté au créneau, pour siffler la fin de la récréation (bannir à jamais la pratique). 

Pour mettre fin à cette pratique malhonnête qui consiste à faire payer le citoyen pour l’acquisition de la carte d’identité nationale, d’un certificat de résidence, d’un certificat de perte et d’autres documents, au-delà du frais normal, le Directeur général de la Police nationale a rencontré dans son bureau, le mardi 4 novembre 2019, les chefs d’unités de police de Bamako, Kalaban-Coro, Kati et Moribabougou, pour les dire ses quatre vérités.

Il était accompagné à l’occasion par son adjoint, le Contrôleur général Moussa Boubacar Mariko ; de l’Inspecteur en Chef de la Police, le Contrôleur général Issa Konaté ; du Directeur régional adjoint de Police de Bamako, le Commissaire Divisionnaire Ibrahima Soma ; et du Chef du Bureau des études et de coopération et de l’informatique, le Commissaire Divisionnaire Mamoutou Togola.

Le citoyen a droit d’avoir les documents administratifs pour son identité et la facilitation de sa libre circulation. « Je ne peux pas comprendre que dans mon pays c’est difficile de se procurer une carte d’identité. J’ai mon acte de naissance et malgré ça, le policier me demande de payer 3 000 FCFA et pourtant le prix officiel est 1000 plus les timbres. En tout cas, j’ai refusé catégoriquement », nous a raconté Ousmane Coulibaly et rares sont les citoyens comme lui qui ne tombent pas dans cette pratique. Pour lutter contre ce pêché mignon, les réseaux sociaux sont en train de jouer un grand rôle dans la sensibilisation et la prise de conscience du citoyen lambda. Au cours de cette rencontre, le DG Infahi a instruit à ses hôtes de veiller sur la surfacturation du frais de documents administratifs qu’ils sont sensés délivrer au citoyen.

« Il serait inacceptable de surfacturer les pièces d’identités. Je ne veux plus jamais entendre encore que vous preniez de l’argent au-delà du prix fixé pour la confection des cartes d’identité, les certificats de résidence et les autres pièces administratives. Pour compter de ce jour, tous les contrevenants seront sanctionnés avec la dernière rigueur. Tout le monde connait les frais de ses documents », a déclaré l’Inspecteur Général Moussa AG INFAHI.

Aussi, a-t-il instruit aux chefs d’unités à bannir à jamais des comportements qui ternissent l’image de la corporation et à veiller sur le comportement de leurs éléments.

Enfin, il est à retenir que sans les timbres fiscaux, le coût légal de la carte d’identité est de 1 000 FCFA contre un reçu. Le certificat de résidence est gratuit sur toute l’étendue du territoire national.

Seydou K. KONE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*