Le policier et le journaliste

A Bamako, il y a un casse-tête chinois : les feux tricolores. Le matin, les Bamakois font la course contre les feux. Cette ambiance de précipitation fait que beaucoup ne font plus attention aux consignes de sécurité. Ce qui permet « aux policiers raquetteurs » de se faire des petits billets pouvant aller jusqu’à 2 000 FCFA.

Ainsi, le vendredi dernier, au petit matin, un homme habillé normalement, son casque de sécurité vissé sur la tête, assis bien confortablement sur sa moto, ne passera pas inaperçu aux yeux d’un policier gourmant. Car l’accoutrement du Monsieur laissait penser qu’il avait à faire à un enseignant.

D’ailleurs qui serait plus pressé qu’un enseignant le matin ? Le policier se faisait donc une petite idée de combien il pouvait se faire. Alors à peine l’homme se rapproche que Monsieur l’agent sort son sifflet et interpelle « sa première victime de la journée ».

Le Monsieur s’exécutera et demandera néanmoins les motifs de son interpellation. Le policier qui avait pris un air sérieux enlèvera la clé de la moto de sa proie et affirmera qu’elle venait de violer les feux de signalisation.

Le Monsieur écœuré par les propos du policier essayera de lui faire comprendre qu’il n’avait pas commis cette contravention. Mais notre agent de police est resté ferme sur sa décision et fera parquer la moto de sa victime, en attendant que celle-ci se manifeste.

Coup de théâtre, les minutes passent et l’homme ne se manifeste pas. C’est alors que l’agent de police s’approche de lui, en lui proposant une solution : « 2 000 FCFA contre la moto ».

Le Monsieur avec un large sourire prit son portefeuille et tire les 2 000 FCFA. Coïncidence ou un fait exprès, en tout cas, c’est sur une carte de presse certifiant que l’homme était en réalité un journaliste que notre « agent gourmant » tombera.

Pris de panique, il a voulu remettre les 2 000 FCFA, mais le journaliste a refusé. Changement de situation !  C’est sous les demandes de pardon et de prières du policier que le journaliste s’en est allé. Quant au policier, il a abandonné son petit business et a aussitôt disparu de la circulation.

Soumba DIABATE (Stagiaire)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*