Maouloud : polémique autour d’une célébration !

Le Maouloud est le mois musulman consacré à la commémoration de la naissance et du baptême du Prophète Mohamed (PSL). Cet événement à haute portée religieuse est de plus de plus fêté au Mali et dans d’autres pays musulmans. En effet, c’est pratiquement tout un mois qui est consacré aux séries de prêches et autres recueillements à l’homme du Prophète Mohamed (PSL). Par contre, d’autres fidèles musulmans ont des idées divergentes quant à cette célébration et se refusent de célébrer la naissance, encore moins le baptême de « l’homme pour l’amour de qui, Dieu a crée le monde ».

Dans cet article, nous vous proposons les raisons des uns et des autres sur la question objet d’une vive polémique qui ne date pas d’aujourd’hui.

Depuis plus d’un mois les préparatifs du Maouloud 2019 ont commencé et se poursuivent à travers tout le Mali, avec mention spéciale pour Bamako où la ferveur est perceptible avec la présence des milliers de fidèles musulmans venant de partout pour assister aux prêches et bénédictions de Chérif Ousmane Madani Haidara, guide spirituel des Ançar, non moins président du Haut Conseil islamique du Mali.

En effet, dans la capitale malienne, tous les espaces sont érigés en lieux de prêches, pris d’assaut par les fidèles musulmans, heureux de participer aux festivités, perçus comme une chance, un honneur et une bénédiction divine.

Pour El Hadj Badra Dao, un fidèle musulman au quartier Kalaban ACI, la venue du Prophète Mohamed (PSL) sur terre a été un moment de grande miséricorde d’Allah envers les hommes. Il est donc normal pour tout musulman de marquer cette période avec des prières et d’invocations nocturnes, couronnées par des prêches, car les prêcheurs ne font que rappeler sa vie, ses comportements et la révélation faite au Prophète Mohamed (PSL).

Pour lui, tout musulman doit se réjouir de la naissance du Prophète Mohamed (PSL) et par conséquent, il est tout à fait indiqué sur le plan religieux de fêter la venue « de l’Homme pour l’amour de qui Dieu a crée le monde ».

Contrairement à El Hadj Badra Dao et beaucoup d’autres fidèles musulmans, il y a ceux qu’on appelle les hommes de Souna, plus connus sous le nom de Wahabites, les adeptes de Wahab. Pour eux, la célébration de Maouloud est Bidhaa (non permis).

Un autre interlocuteur ayant requis l’anonymat nous a confié ceci : « Nous ne fêtons pas Maouloud pour la simple raison que le Prophète Mohamed (PSL) ne l’a pas fait lui-même de son vivant. La première célébration a été faite, plus de 300 ans après son décès au Caire en Egypte. Et cette célébration n’a été prescrite nulle part dans le Saint Coran par le Prophète (PSL) lui-même ni par ces compagnons. Et je me réfère sur les propos d’Ibn Taymiyya pour appuyer mes propos. La base est que toute adoration est interdite sauf s’il se trouve dans un texte l’autorisant. Je confirme mes propos par une recommandation du prophète (PSL): Celui qui innove dans l’Islam une chose qui n’en fait pas partie, alors cette chose est rejetée. Celui qui accomplit un acte qui n’est non plus recommandé dans le Saint Coran est également banni ».

En tout état de cause, force est de constater que le Maouloud est fêté un peu partout dans le monde, à travers des prêches, prières et actes de charités de la part des musulmans dates qui commémorent la naissance et le baptême du prophète Maomed Paix et Salut sur Lui.

Adam DIALLO

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*