RETOUR DU PRESIDENT ATT : une lumière dans le tunnel ?

Le retour de l’ancien président de la République, Amadou Toumani Touré (ATT) est annoncé au bercail, après 7 nostalgiques années, passées à Dakar au Sénégal, depuis le coup d’Etat du 22 mars 2012.

Le Président ATT est résolument décidé à retourner au Mali, son «Sudu-baaba » natal qu’il n’a jamais quitté d’ailleurs. Physiquement absent, pour ceux qui le connaissent, l’homme avait le cœur et l’esprit ici au Mali. En témoigne son retour historique le dimanche 24 décembre 2017où avec les bénédictions du Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, ATT et sa famille (son épouse et ses enfants) étaient venus à Bamako et s’étaient rendus à Mopti et Bandiagara pour se recueillir sur les tombes de ses parents décédés durant son exil dakarois.

Le temps est-il enfin venu pour ATT de déposer ses bagages au bercail ? en tous cas, si ce retour a été accueilli sur les réseaux sociaux comme une aubaine suite à la circulation d’une note de l’ambassade du Mali à Dakar, certifiant le déménagement définitif de Monsieur Amadou Toumani Touré, les fidèles, amis et sympathisants de l’ancien président ont sauté à cœur joie le retour de l’homme qui incarne jusque-là l’union d’une frange partie des populations maliennes. Toute chose qui pourrait apporter gros dans la balance de la cohésion sociale, de la réconciliation, bref de la paix au Mali. cela à un moment décisif, où ces défis sont loin d’être surmontés.

Le retour d’un homme, qui a gardé sa popularité malgré sa chute un soir du 22 mars 2012, présente aujourd’hui, une chance. Car, ce sont des millions de Maliens qui se reconnaissent en l’ancien président ATT, qui a géré le pays durant 10 ans ou presque, avec son mode de gouvernance très particulier et son cachet unique : le « Sinangouya », le cousinage à plaisanterie, une valeur culturelle de notre pays, qui fait que le Bambara et le Forgeron sont des frères ; le Peulh et le Bwa sont des cousins ; le Dogon et le Bozo sont du même père et de la même mère. Et c’est ce trait d’union qu’a été ATT au cours de son mandat. Cousinage à plaisanterie, taquinerie, bref, le Mali un et indivisible du Nord au Sud,

Sonrhaï et Tamashek, Minianka et Maure, l’homme a toujours soutenu qu’il ne peut y avoir de différence entre Malien, si ce n’est la différence culturelle et l’histoire des différentes régions, qui constituent d’ailleurs une richesse grâce à l’harmonie qui a tout le temps régné entre ces ethnies. C’est cela le Mali, et cette image des millions de Maliens reconnaitront ou du moins reviendrons à ce sentiment à travers l’homme qui a tout le temps incarné l’union et l’unicité des Maliens,

Car, jamais autant de différences n’a séparé un peuple jadis beau, fort, soudé et face aux défis grâce à la solidarité des fils et à l’unicité du pays. Et comme tous les grands pays, le Mali étant confronté à des défis pharaoniques, c’est la solidarité, l’union et l’engagement de tous les pays pour sauver le pays.

Pour ce faire, il est du devoir de chaque Malien de répondre à l’appel du Mali, conformément à l’Hymne national « A ton appel Mali, pour ta prospérité, fidèle à ton destin…nous serons tous unis ». Et faire sien le serment de mourir pour le Mali, afin d’impulser la dynamique du sursaut national qui s’annonce avec le retour tant exaltant et attendu du président ATT.

Cependant, il appartient aux plus hautes autorités de mieux profiter de ce retour en faveur du Mali, et non de le laisser marchander par des intérêts politiques, à la recherche éternelle du « moi ». Et surtout, faut-il mettre des garde fous à des opportunistes, éternels fondateurs des clubs de soutien, car plus que jamais, le Mali a besoin de soutien de tous ses fils et de tous les clubs.

Ousmane Tangara

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*