Verdict de l’assassinat de l’Imam Yattabaré: Moussa Guindo écope de la peine de mort

Moussa Guindo, auteur de l’assassinat volontaire de l’Imam Abdoul Aziz Yattabaré, a été condamné à la peine de mort. Tel en a décidé la Cour d’assises de Bamako, en son audience publique de mardi 19 novembre 2019. Le désormais condamné a trois jours pour se pourvoir en cassation devant la Cour suprême, s’il ne serait pas d’accord avec la sentence.

En effet, ce jugement était tant attendu par les Bamakois, notamment les responsables d’organisations islamiques qui ont fortement mobilisé les fidèles musulmans, ce mardi à la Cour d’Appel de Bamako, où se tenaient les audiences de la session extraordinaire de la Cour d’assises, pour exiger la peine de mort pour ce jeune qui a ôté la vie à leur Imam, non moins leader religieux.

Le verdict tombé était à hauteur du souhait des fidèles musulmans et personnalités de la communauté musulmane, notamment Mahmoud Dicko, ancien président du Haut conseil islamique (HCI), Mohamed Kimbiri, etc., qui ont tenu à être des témoins oculaires de cette audience pas comme les autres.

A la barre, le jeune criminel n’a pas regretté son forfait et soutient que le défunt Imam est un musulman qui n’était pas sur le bon chemin.

Mamadou Traoré, un jeune venu assister à ce procès, a nous témoigné: « ce criminel mérite l’exécution publique. Il se fait passer pour un fou à travers de propos bizarres et pourtant il juge bien sa capacité intellectuelle ».

Selon lui, malgré la sentence de la peine de mort, on ne finira pas de pleurer l’imam Yattabaré.

Quant à l’avocat de l’Imam, il a laissé entendre qu’ils ont confiance à la justice malienne et la sentence donnée est passable, même si le jeune criminel aura la possibilité de se pourvoi devant la Cour suprême. Abdoulaye Keita, nous confie que même si la peine de mort est moratoire actuellement au Mali, elle doit être appliquée pour exécuter publiquement ce criminel crapule.

Rappel des faits : le samedi 19 janvier 2019, à Missira, Commune II du District de Bamako, Moussa Guindo, âgé de 26 ans, né à Bio dans le département de Bouaké en Coté d’Ivoire, de Hadou et d’Aminata Dolo, a assommé par un gros gourdin et ensuite poignardé avec un couteau plusieurs fois, l’Imam Abdoul Aziz Yattabaré qui partait à la mosquée pour la prière matinale « Fadjir ».

Transporté d’urgence par les fidèles musulmans pour la Clinique Pasteur à Hamdallaye ACI 2000, l’Imam a rendu l’âme avant son arrivée.

L’assassin Moussa Guindo, après son forfait, s’est rendu directement au Commissariat de police du 3e arrondissement où il déclare avoir tué l’imam Yattabaré, au motif que ce dernier lui traitait du ‘’gay’’.

Seydou K. KONE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*