Agriculture malienne : Le nécessaire bond vers son industrialisation

En 2018, le Mali s’est classé 1er producteur du coton en Afrique avec une production de plus de 656 500 tonnes de coton. Selon les chiffres, le pays n’exporte pas moins de 98% de cette production dont seulement 2% sont transformés sur place. Ce qui traduit l’indicible nécessité de l’industrialisation de ce secteur qui contribue à hauteur de 15% au PIB national.

Au Mali, l’agriculture reste encore dominée par celle traditionnelle face à un secteur de plus en plus orienté vers la modernité. Toute chose qui serait profitable à plusieurs égards tant pour améliorer la productivité agricole, que pour la compétitivité des entreprises transformatrices des produits agricoles, mais aussi et surtout, à la chaîne de valeur qui pourrait se rallonger et profiter mieux non seulement aux Maliens, mais également à l’économie malienne.

En effet, avec des usines pour transformer les produits agricoles, les statistiques démontrent que le Mali pourrait réduire largement aux déficits budgétaires auxquels il fait face chaque année. Ainsi, notre pays récupéra son ancien statut  de « grenier de l’Afrique de l’Ouest ».

Sur le secteur coton, par exemple, avec la production record en 2018, selon les chiffres de la CMDT, seulement 2% de notre coton sont transformés sur place. Et le reste est majoritairement exporté pour être revendu au quintuple du prix sur nos marchés.

Le Mali tirera énormément de profit si seulement si le pays parvenait à transformer ne serait-ce que 1/3 de ce qu’il produit en coton. Ce qui, sans doute, génèrera, à en croire les constats, plus de revenus, créera des emplois durables, mais aussi et surtout, pourrait faire en sorte que le paysan malien profite mieux de la sueur de son front.

Même si les plus hautes autorités fournissent des efforts pour enclencher une dynamique (industrielle) à l’agriculture malienne, notamment avec la subvention historique de 1000 tracteurs au profit des paysans en 2015, cet effort ne pourra se consolider à condition que des usines et entreprisses de transformation de produits agricoles se multiplient.

En tout cas, les potentialités sont là. Et si les pays comme les Etats Unis dominent l’économie mondiale depuis plus de cent ans, force est de constater qu’une large partie de cette prouesse a été possible grâce au rendement de leur agriculture, qui reste la plus industrialisée au monde.

Ousmane Tangara

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*