Insécurité à Bamako : Des tirs nourris en plein centre-ville

Bamako, la ville des Trois caïmans, de plus en plus, n’a rien à envier au Far-West ! Et pour causes ? Les attaques à mains armées, les échanges de tirs en plein centre-ville, des scènes que l’on ne voyait que dans les films d’actions, deviennent le lot quotidien dans notre capitale.

En effet, le mercredi 18 décembre dernier, aux environs de 19 heures, il y a eu des tirs nourris en plein centre-ville, devant le Cinéma Babemba, entre des policiers et des bandits armés.

Selon des témoins, tout se serait déroulé très vite : « nous avons été alertés par des coups de feux. Au début, j’ai même pensé à des pétards des enfants, en cette période de fêtes de fin d’année. En effet, les enfants, malgré l’interdiction, tirent des pétards le soir avec des tonalités identiques à celles des armes à feu. En réalité, c’était des tirs entre la police et des malfaiteurs », témoigne un jeune passant.

Ces échanges de tirs ont créé la terreur et la confusion chez les uns et les autres. Beaucoup pensaient avoir à faire à un attentat terroriste. Ainsi, tous les véhicules se sont brusquement garés et chacun se cherchait.

 «J’étais dans une Sotrama au moment des faits, l’apprenti était occupé à prendre le frais de transport des passagers quand, tout à coup, des détonations ont déchiré l’air, précipitant tout le monde au sol. Certains, se voyant déjà morts, ont commencé à réciter toutes les sourates du Coran qu’ils connaissent, d’autres, tout en pleurant, appelaient des proches et faisaient leurs adieux aux leurs. En effet, ce sont  deux policiers, à moto, qui poursuivent deux individus, également à moto, chacun tirant des rafales »,  explique un témoin.

Entre peur et confusion, certains ont abandonné leur engin pour s’enfuir à pied ! Quant aux curieux, ils ont pu se renseigner et ont découvert qu’en réalité les individus étaient des voleurs de motos que la police avait interceptés en pleine action.

Soumba Diabaté (Stagiaire)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*