Le mauvais payeur

Les habitués de ce « bar restaurant » chinois ont rigolé, le samedi dernier jusqu’à verser des larmes. Et pour cause : Hamady est un chétif peul, qui vend des animaux au garbal (marché à bétail) situé en face dudit bar restaurant chinois.

Hamady a pris l’habitude de venir tous les soirs assouvir sa libido chez les prostituées du bar chinois. Il était tellement régulier que toutes le connaissaient et avaient sympathisé avec Hamady, au point qu’on lui faisait souvent des crédits à sa demande.

Puis, selon les explications des prostituées, Hamady a subitement disparu, alors qu’ils devaient plus de 10 000 FCFA à chacune des filles. Elles ont été jusqu’au garbal pour réclamer leur dû, mais, Hamady était abonné absent. Personne ne savait où il était. En désespoir de cause, les filles ont oublié Hamady et passé à autre chose.

Ce samedi soir, subitement, Hamady arriva, sous les ovations des filles qui se disaient sans clients, et contentes de trouver quelqu’un qui leur doit de l’argent. Toutes étaient convaincues que Hamady est venu pour solder ses comptes.

Dès son arrivée, Hamady s’enferme avec la plus plantureuse (grosse) des filles près d’une heure. Les autres, naturellement, guettaient leur sortie. Elles ont été alertées par les cris des deux, et toutes s’engouffrèrent dans la chambre. Non seulement Hamady n’a pas amené l’argent, mais, il était encore venu faire à crédit et ne l’a dit que quand il a fini !

Ne l’entendant pas de cette oreille, les cinq filles l’administrèrent de coups, sous le regard amusé des ivrognes et autres clients. Malgré ses cris, personne ne bougea le petit doigt pour le secourir.

Puis, une des filles a eu la mauvaise idée d’aller chercher un sceau dans lequel, elles se nettoient après les actes, avec du permanganate et jettent les préservatifs usagés. Un sceau resté fermé durant 5 jours  avec toutes sortes de puanteurs. Elle la versa sur la tête de Hamady, qui ne peut que s’asseoir sur place et pleurer, sous les rires moqueurs des autres clients et personnels du bar restaurant.

Soumba Diabaté (Stagiaire)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*