Préparatifs de la fête de Noël à Bamako : La bonne affaire des commerçants

«Les jouets de Noël sont là» crie, à tue-tête, une commerçante de jouets, au Grand marché de Dibidani. L’immense foule qui s’y trouve, ce samedi 21 décembre, laisse entrevoir l’imminence des fêtes de fin d’année. Jouets, guirlandes, décorations, sapins de Noël, vêtements et autres accessoires pour enfants jalonnent les différentes artères.

Ces articles sont pour certains, entre les mains des commerçants et pour d’autres à même le sol. En effet, de la Grande mosquée de Bamako qui au cœur du Grand marché, à la gare ferroviaire, on ne voit que ces objets. « Décoration de maison à 500 FCFA ; Guirlandes entre 5 à 2 000 FCFA », pouvait-on entendre par-ci et par-là. Le passage étant réduit, les clients se bousculent pour se frayer un chemin et l’embouteillage est dense.

 « Je suis venu acheter des jouets pour mes enfants. Je préfère le faire maintenant plutôt que d’attendre les derniers jours. Les prix des jouets n’ont véritablement pas changé par rapport aux années passées. Sauf que cette année, il y a de nouveaux jouets qui pourraient certainement plaire aux enfants. J’ai choisi ce magasin parce que les jouets sont moins chers, comparativement aux autres», explique Annick Samaké.

Touré Lazare, un autre client, est lui aussi du même avis : «Les jouets sont moins chers ici. Je viens d’acheter 10 petites poupées à 1 200 FCFA l’unité. J’achète ce que mon argent me permet d’acheter pour mes enfants. Je ne suis qu’un simple vigile et je ne gagne que 50.000 FCFA par mois. J’ai quatre enfants. Si je dois acheter un jouet à plus de 10.000 FCFA, je ne pourrai plus nourrir ma famille», note M Touré.
A Hamdallaye ACI, l’ambiance de la fête de Noël est visible sur les façades de tous les supermarchés. Dans le grand magasin ORCA, les clients, pour la plupart, ont jeté leur dévolu sur les rayons de jouets et de décorations.

Anna Mariko, mère de trois enfants, trouve que les prix des jouets n’ont pas changé. «C’est toujours cher. Je suis venue faire mes achats aujourd’hui, parce que les derniers jours, il y aura certainement trop de bousculade et on n’a pas le temps de faire un bon choix», nous dit-t-elle.

Et la plupart des personnes qui rentrent dans les différents magasins susmentionnés, en ressortent les bars chargés de cadeaux.

Même s’ils n’ont pas voulu chiffrer les bénéfices, les magasins visités affichent une bonne santé financière en cette période. Surtout que c’est entre 12h et 14h et après 17h qu’ils sont bondés de monde.

«Je préfère acheter les cadeaux entre midi et 14h, car le temps me le permet», soutient Viviane N., cadre dans une société de la place.

Cee qui prouve que les fêtes de fin d’année sont là. Cette année, les Maliens sont bien décidés à célébrer ces fêtes dans la joie et la tranquillité.

Toutefois, nombreux sont ceux qui évoquent la cherté de la vie et surtout l’insécurité qui sévissent dans le pays qui leur empêchent de fêter la fin d’année comme ils le souhaitent.

Paul Y. N’GUESSAN

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*