Réchauffement climatique: le Mali intensifie ses mesures de protection de l’environnement

Le réchauffement climatique constitue une menace pour toute la planète. Il se retrouve au cœur des préoccupations au plan international. Au Mali, comme dans beaucoup de pays, plusieurs initiatives sont prises pour lutter contre le phénomène. Elles sont à encourager en vue de la préservation et de la protection de l’environnement.

En effet, la lutte contre le réchauffement climatique passe par l’intensification des mesures de protection de l’environnement qui subit des perturbations liées aux actes de pollution tous azimuts. L’émission de gaz à effet de serre, les rejets de déchets solides ménagers dans les zones humides, l’exubérance des ordures au niveau des terres pleins centraux, des caniveaux … créant des désagréments à la nature constituent autant de menaces à l’environnement pour lesquelles, il faut réguler les pratiques ou faire changer les comportements des populations.

Selon les spécialistes, ces actes intensifient le réchauffement climatique dont les effets se font ressentir. Le décalage des saisons, l’abondance des pluies, les inondations en cascade, l’érosion des cultures, l’intensification de la chaleur ; même les Océans absorbent la chaleur plus qu’il n’en faut, à en croire certains océanographes… Le changement climatique est là, c’est une évidence et chaque pays cherche des mesures résilientes pour s’adapter. Une adaptation qui passe par la mise en œuvre de projets et une politique claire qui régit les activités ou les actions des citoyens.

« L’Etat, en tant que garant du droit des populations à un environnement sain, assure dans toutes les initiatives portant sur les changements climatiques, le respect des principes ci-après : préserver le système climatique contre les changements climatiques et leurs effets et conséquences négatifs dans tous les secteurs économiques et sociaux fragiles et vulnérables ; prendre des mesures de précaution pour prévoir, prévenir ou atténuer les causes des changements climatiques et en limiter les effets et conséquences négatifs ; prendre toutes les dispositions pour s’adapter au nouveau contexte climatique ; œuvrer pour un développement durable en intégrant dans les programmes et projets nationaux de développement des mesures destinées à faire face aux changements climatiques ; rendre responsables, directement ou indirectement l’auteur ou les auteurs de tout acte ou activité susceptible d’entraîner des perturbations du climat avec des effets et conséquences négatifs ».
Dans ce cadre, le gouvernement à travers le ministère de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable, notamment l’Agence pour l’environnement et le développement durable (AEDD), ainsi que certaines Organisations non gouvernementales qui travaillent sur les thématiques liées à l’environnement ne manquent pas d’ingéniosité.

En effet, la Politique Nationale de lutte contre les Changements Climatiques (PNCC) précise désormais ses relations avec le Cadre d’orientations stratégiques retenus par le Gouvernement pour les différents secteurs socioéconomiques et culturels du pays à faciliter une meilleure prise en compte des défis climatiques dans les orientations politiques, plans programmes et stratégies sectorielles futurs ou déjà adoptés pour le développement socio-économique et culturel du pays ; promouvoir les activités de recherche et de renforcement des capacités pour mieux outiller le pays à faire face aux changements climatiques ; favoriser la synergie d’actions entre les activités des principaux intervenants dans les domaines des changements climatiques au Mali ; orienter efficacement les interventions des acteurs publics, parapublics, privés et de la société civile pour le développement rapide, équilibré et durable du pays dans un contexte de changements climatiques ; améliorer la coordination et la mobilisation du financement pour faire face aux défis climatiques ; et définir les bases de la politique du Mali.

Ainsi des projets sur l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre ont vu le jour depuis plus de cinq ans, avec l’appui des partenaires techniques et financiers. On peut citer notamment : le Projet Community Development Carbon Fund ; un portefeuille de plus de quarante idées de projet MDP; la formation de cadres nationaux à l’élaboration des documents de projet MDP; le Projet CDM Green Facility ; le Projet de promotion des opportunités liées aux mécanismes de marchés de carbone; le Projet de la grande muraille verte (GMV); le Projet d’évaluation des besoins en technologies (EBT), le Programme de valorisation à grande échelle des énergies renouvelables (SREP).

En parallèle, un nombre important de projets a été engagé sur l’adaptation: le Programme d’actions nationale d’adaptation aux effets néfastes des changements climatiques (PANA) avec 19 idées de projets prioritaires; l’étude des scénarios plausibles futurs pour le climat au Mali; plusieurs projets de renforcement des capacités pour la mise en œuvre des activités de changement climatique ; le Programme de pluies provoquées; l’assistance agro météorologique au monde rural, le projet amélioration de la capacité d’adaptation et la résilience face aux effets des changements climatiques dans l’agriculture; le projet initiative pauvreté environnement qui intervient sur l’intégration de l’environnement dans les politiques sectorielles; l’élaboration d’un Cadre stratégique d’investissement en matière de gestion durable des terres, le programme d’appui aux initiatives du Reso Climat Mali. Intensifier ces initiatives sera donc d’une grande portée pour le pays en matière de lutte contre les changements climatique et la protection de l’environnement.

Paul Y. N’GUESSAN

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*