Insécurité à Koro : la population entre peur et inquiétude !

La crise sécuritaire au Centre de notre pays continue avec son cortège de souffrances des populations.  Vivant désormais entre peur et inquiétude au quotidien, elles se demandent qui est qui et qui fait quoi ! Face à cette situation, l’Association des jeunes ressortissants de Domno (AJRDO) a initié, le mercredi 8 janvier 2020, un sit-in, pour dénoncer le silence de l’Etat. C’était au rond-point de la ville de Koro.

Ce rassemblement en plein-centre-ville, est selon Ady AYA, président de l’AJRDO, l’expression de leur désarroi face au silence des plus hautes autorités du Mali face aux souffrances de tout genre dont les populations de Koro et environs sont victimes presqu’au quotidien: « Nous demandons la sécurisation des axes Koro-Doungani-Yoro, et Koro-Sevaré. Nous demandons le retour des FAMas à Yoro», dira-t-il.

Selon le président de l’AJRDO, les populations de sa commune, particulièrement celles de Dinangourou et de Yoro, sont délaissées par l’Etat, la preuve : Les axes principaux sont impraticables, car coupés du monde depuis trois ans : «Pour aller à Dinangourou, actuellement, nos parents sont obligés de passer par le Burkina Faso ou par  Ouahigouya pour revenir encore au Mali. C’est un véritable parcours de combattant pour nos femmes et enfants qui sont devenus des réfugiés dans leur propre pays. Par ailleurs, la commune rurale de Yoro qui comptait officiellement neuf villages. Aujourd’hui, il n’en reste que deux villages. Tous les autres ont été soit saccagés, soit les populations se sont déplacées en raison de l’insécurité qui sévit», déplore-t-il.

Il convient alors de rappeler que depuis le 6 janvier 2020, la zone entre Sevaré et Bankass connait des attaques répétitives qui plongent les populations dans la crainte et la détresse. Les chasseurs dossos sont en alerte maximale avec des check-points sur les routes. Ce sit-in est une façon pour les jeunes de l’AJRDO, de montrer à l’opinion nationale et internationale ce qui se passe réellement sur le terrain au-delà de tout ce qui se raconte.

Andiè Adama DARA

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*