Dépigmentation : La beauté, oui mais à quel prix ?

Il fut un temps, où la couleur noire de la peau des femmes africaines faisait leurs fiertés. Et avoir les femmes au teint d’ébène, était un éden. Cependant, le critère essentiel et envié sous d’autres cieux de la beauté africaine est aujourd’hui bafoué par une tendance qui pousse bon nombre de femme et d’homme africain à s’éclaircir la peau. Oubliant par la même occasion cet éloge qui était faite de la peau à couleur ébène « Black skin does² not wear wrinckles » « la peau noire ne porte pas de ride ».

Convaincues qu’avoir une peau blanche attire plus ces personnes le paient au prix de leur santé. Un phénomène qui était plus vulgarisé en Afrique centrale, se voit aujourd’hui devenir un fléau dans les pays de l’Afrique de l’Ouest notamment le Sénégal, la côte d’ivoire ; et aujourd’hui le Mali.

Il suffit de sortir dans la ville pour faire le constat amer de ces boutiques de cosmétiques de produits éclaircissant qui piétinent les normes de la santé Humaine. Une dépigmentation, avec l’utilisation des produits à base d’hydroquinone et de mercure détruisent progressivement la mélanine et donne comme résultat une peau plus claire voir jaunâtre.

Pour la plupart des produits qui ont pour utilité initiale la médecine. Ces produits, pour la plupart sous forme de crèmes, gels, laits corporels ou savons, injection ou autre substance sont mêmes fabriqués de façon artisanale.

Une pratique qui n’est pas sans conséquences. La dépigmentation sur une longue période peut avoir des conséquences désastreuses sur la peau et bien plus grave sur la santé. Selon des recherches, cela peut causer de graves infections de la peau comme des mycoses, la gale, des vergetures larges et qui démangent, des taches de brûlures brune qui peuvent noircir avec de temps de l’énorme problème de cicatrisation.

Plus grave c’est en quelque sorte s’auto détruire, réduire sa longévité avec l’accès facile à des maladies tel que le diabète, hypertension, des problèmes neurologique, rénale et des problèmes de vision pour ne citer que cela. Ainsi, face à ce phénomène qui prend de l’ampleur dans le pays, pourquoi le gouvernement n’envisage pas des décisions face à la prolifération et la vente anarchique de ses produits qui sont un réel raccourci vers la mort.

Adam DIALLO

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*