IDH du PNUD (2019) : le Mali dans la catégorie faible, classé 84ème et 184ème

L’Afrique fait des progrès importants dans la promotion du développement humain, gagnant du terrain sur l’enseignement primaire et la santé. Mais une nouvelle génération d’inégalités s’ouvre et menace de compromettre les progrès et de rendre plus difficile le rattrapage de ceux qui sont déjà derrière.

 A cet effet, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a publié son rapport 2019 sur le classement mondial des pays, selon l’indice de développement humain (IDH). Notre pays est un mauvais élève dans l’Indice de Développement Humain car elle se classe dans la catégorie faible. Donc, le Mali, se classe 48ème au niveau du continent africain et 184ème au plan mondial. Une dégringolade car en 2018, le pays était classé 46ème en Afrique et 182ème au niveau mondial.

Ce rapport est une manière précise de mesurer les progrès socio-économiques des pays, indique que, tout comme l’écart aux niveaux de vie de base se réduit, avec un nombre de personnes fuyant la pauvreté, la faim et la maladie, les besoins pour prospérer ont évolué. Les nouvelles inégalités sont de plus en plus prononcées, notamment en ce qui concerne l’enseignement supérieur et les effets sismiques de la technologie et de la crise climatique.

Selon l’Indice de Développement Humain (IDH), l’Afrique a connu l’une des améliorations les plus importantes du développement humain. Entre 1990 et 2018, l’espérance de vie a augmenté de plus de 11 ans. Pour la première fois cette année, un pays africain – les Seychelles – est entré dans le groupe de développement humain très élevé. D’autres montent également dans les rangs: Huit pays -Maurice, Algérie, Tunisie, Botswana, Libye, Afrique du Sud, Gabon, et l’Egypte- font désormais partie du groupe de développement humain élevé, et 13 pays –  Maroc, Cap Vert, Namibie, Sao Tomé et Principe, Congo, Eswatini, Ghana, Zambie, Guinée équatoriale, Kenya, Angola, Cameroun et le Zimbabwe font partie du groupe de développement humain moyen.

La triste majorité (31) des pays africains étudiés dans le rapport se classent tous dans la catégorie des IDH « faibles ». Sur le continent, la plus forte croissance est attribuée aux Comores, qui passent de 165ème place mondiale à 156ème (23ème africain) suivies du Botswana qui va à la 94ème place mondiale (5ème africain), de la Côte d’Ivoire désormais classée 165ème mondiale (32ème Africain) et le Libéria (41ème africain et 176e mondial). Le Niger, quant à lui, reste le pays avec l’IDH le plus bas du monde, devant la République centrafricaine et le Tchad.

Seules les données de la Somalie n’ont pas étés prises en compte par les experts.

Paul Y. N’GUESSAN

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*