L’incivisme à Bamako : Cap sur les accidents de routes

Au Mali, l’incivisme tue. A Bamako, la capitale précisément, il n’est un plus

Secret de polichinelle que la circulation routière reste un véritable casse-tête. Avec les longs embouteillages, des routes dégradées, les tueuses ambulantes ‘’SOTRAMA’’, ajoutées aux conducteurs sans permis, chacun roule avec son lot de cortège funèbre.  On peut dire que l’incivisme sur la route tue plus que n’importe quel autre mal au Mali.

Les accidents sur nos routes sont bien fréquents maintenant. Et ce mal est bien plus profond.  En effet, ils sont nombreux les chauffeurs à ne pas vouloir remettre en question leur façon de conduire. Au cours d’un trajet de SOTRAMA quand un passager ose interpeller le chauffeur par rapport à sa façon de conduire, ce dernier augmente de la plus belle manière la vitesse ou il fait descendre le passager. Ainsi, les passagers de ces engins préfèrent se taire. Certains accidents sont le plus souvent volontaires. Ce soit des chauffeurs insouciants ou les fils à papa qui nous tuent chaque jour sur nos routes. En effet, ces conducteurs de moyens de transport en commun dans leur gymnastique cognent et nuisent à la vie des innocents citoyens.

Comment un enfant de 16 ans peut avoir accès à un véhicule de luxe et conduire à l’excès de vitesse ?

 Les SOTRAMA, ces terreurs dans la ville de Bamako, qui conduisent sans aucun respect pour les usagers à plus forte raison que pour le code de la route. En effet, ce week-end, les trois cas d’accidents nous font plonger dans l’univers d’un autre niveau d’incivisme qui s’apparente au summum et qui est assimilable à l’inconscience. En une journée, trois cas d’accidents commis presque volontairement. Vers le matin, deux jeunes d’environs 16 ans ont loué une voiture de luxe car ils avaient une fête à leur école.

Selon des sources, lors de l’accident, le conducteur roulait en grande vitesse. Le passager s’était même installé sur la portière et faisait une course poursuite. C’est ainsi que dans cette gymnastique il a cogné un poteau. Selon les dernières nouvelles, le jeune garçon serait dans un état très critique à l’hôpital du Mali. Juste quelques heures après deux SOTRAMA dans une course poursuite sur le deuxième pont de Bamako ont ôté la vie de plusieurs personnes et avec des dizaines de blessés. L’un des véhicules s’est même retrouvé dans le ravin.  Pour finir la soirée, une demoiselle s’est éclipsée de la maison et en rentrant le petit matin à vue sa vie défiler sous les yeux.

Le chauffeur fatigué et somnolant, a fait renverser la voiture. Des cas sont assez courants à Bamako. Tous ces accidents devraient servir de catalyseur afin d’éveiller les consciences et interpeller les autorités et toute la population. Ils devraient aussi revoir la procédure d’obtention du permis de conduire ou prendre mesures draconiennes en cas de non-respect des règles de conduite.

A quand un changement ? Quand est-ce que ces chauffeurs de SOTRAMA vont-ils cesser de conduire à tombeau ouvert ? Quand est-ce que les autorités en charge du transport vont-elles prendre des mesures idoines pour faire respecter le code de la route ? Autant de questions qui reste posées.

Assitan Siga FADIGA

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*