Quand la jalousie prend le dessus !

Koro est une femme d’environ 35 ans. Elle est mariée depuis maintenant 20 ans et mère de 5 enfants. Pendant 20 ans de mariage tout allait bien dans sa vie. Elle était satisfaite de la famille qu’elle a fondée. Avec le mari dont elle a toujours rêvé.  Tout allait bien jusqu’au jour ou Koro reçoit une gifle de son mari pour la première fois. Elle n’arrivait pas à comprendre qu’après 20 ans de vie commune, son mari lève la main sur elle. Ce qu’il n’avait pas fait au début. La cause de la dispute était juste une petite engueulade qu’ils ont toujours eu l’habitude d’avoir mais qui n’était jamais allée jusqu’aux coups. Koro laissa passer « cette gifle innocente » comme la qualifiait son entourage. Comme on le dit, une erreur bien sévit ne se répète pas. Mais Koro laissa passer cette gifle. Et c’était la fin de son répit dans son foyer.

Pour un oui ou pour un non Koro recevais des coups au quotidien. Jusqu’au soir d’un 31 décembre, Koro et son mari heureux de sortir ensemble pour la fête du réveillon appelle leurs amis et familles pour leur souhaiter une bonne année. Ces proches qui remarquent tous leurs joies de vivre à travers le téléphone n’auraient jamais pu imaginer ce qui se passera par la suite.

La fête battait son plein jusqu’à ce que le meilleur ami du mari de Koro l’invite à danser. Après quelques minutes de danse Koro remarque que son mari a déjà quitté la fêté. Elle sort alors et trouve son mari assis dans la voiture. Elle lui demande alors ce qui ne va pas mais le mari ne lui répond pas. Elle monte dans la voiture et rentre à la maison avec son mari. Aucun mot tout le long du trajet. Arrivée à la maison Koro porte sa robe de nuit, c’est-à-dire a moitié, nue et se coucha près de son mari, la lumière étant éteinte. Tout d’un coup dans le noir, elle se fait bastonner sans voir exactement d’où venaient les coups.

Les coups étaient tellement douloureux qu’elle ne s’aurait l’expliquer ou dire avec quoi elle a été battue. C’était son mari ! Après avoir fini de battre Koro il s’exprime en ces mots : « je te tuerai un jour avant de me tuer ». Elle était couverte de bleu à un point inimaginable. Le lendemain, Conscient de la gravité de la situation, il confisqua le téléphone de sa femme pour que cette dernière ne puisse pas contacter sa famille. Mais Koro avait déjà eu le réflexe d’envoyer la photo de ses blessures à sa sœur ainée. Ensuite il interdit formellement que sa femme sorte pour ne pas dire le séquestre.

La sœur ainée voyant les photos et consciente de ce que sa sœur traverse, menace le mari de l’emprisonner. Il raconte alors qu’il ne sait même pas à quel moment il a pu battre sa femme de cette manière. Et qu’il ne supporte pas que quelqu’un s’approche de sa femme. A ses dires, c’est la jalousie qui parlait. Il s’excusa auprès de Koro et demande une seconde chance. Koro décide encore de passer l’éponge. Idée qui n’a pas enchantée la sœur aînée qui pense que le mari a une jalousie maladive.

Qu’il risquerait d’exécuter sa menace de mort. Koro, convaincue que le mari ne la battra plus, sera encore surprise. Et cela ne s’arrêtera pas tant que Koro ne dénoncera cet acte barbare.

Beaucoup de femmes subissent des violences conjugales dans le monde surtout en Afrique. Dénoncer ces violences est difficile pour les victimes car elles sont animées par la peur d’être seules. Tout problème peut être résolu en communiquant. Aucun motif ne justifie la violence. Et la loi punie sévèrement tout homme qui s’adonne à des actes barbares contre son épouse. Sauvons des vies en dénonçant la violence basée sur le genre.

Aminata MAIGA (Stagiaire)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*