Covid-19-Ramadan : l’exportation de certains produits alimentaires interdite

En raison de la pandémie du Coronavirus et pour éviter une éventuelle pénurie des denrées alimentaires et autres produits de première nécessité en ce mois béni de Ramadan, la Direction Générale des Douanes vient de prendre des mesures drastiques interdisant l’exportation et la réexportation de certains produits pour garantir, sans doute, une sécurité alimentaire nationale, en cette période d’incertitude.

Depuis la fin du mois de Mars, le gouvernement malien, à l’instar d’autres pays de la région ouest-africaine, a décidé de fermer les frontières et les aéroports.

Ces mesures sécuritaires prises pour éviter la propagation de la pandémie du COVID19, constitue bien entendu des handicaps pour l’économie des pays enclavés qui n’ont pas accès à la mer comme le Mali.

Raison pour laquelle, ces pays risquent d’avoir une pénurie des denrées alimentaires et autres produits de premières nécessités dont les populations auront forcément besoin.

C’est pour éviter une éventuelle pénurie desdits produits alimentaires que le Directeur général des Douanes a pris, en fin de semaine, l’initiative d’une lettre circulaire adressée à ses services sur le terrain, portant sur l’interdiction des exportations de certains produits. Il s’agit des mesures drastiques interdisant l’exportation et la réexportation des produits comme : le riz, le mil, le sucre, le lait, les pâtes alimentaires, l’huile, le gaz butane, les masques et les gels hydro-alcooliques. Sans oublier l’aliment-bétail qui est également défendu d’exportation.

Cette mesure restera en vigueur jusqu’à nouvel ordre, selon le Directeur général des Douanes, Inspecteur des douanes, Mahamet Doucara. Cependant, il est à souligner que cette interdiction intervient dans un contexte macro-économique difficile pour notre pays, lié aux conséquences économiques du Covid-19 et à l’insécurité.

En tout état de cause, ces mesures doivent assurer la continuité de l’approvisionnement des marchés locaux en denrées de première nécessité en ce mois de Ramadan.

Par ailleurs que l’on soit expert en économie ou pas, il n’est un secret pour personne que la pandémie du Covid 19 impactera l’économie mondiale plus précisément celle du Mali qui est un pays pauvre et enclavé.

Cependant, l’espoir serait permis si cette pandémie disparaissait le plus rapidement possible. Autrement, il faut craindre que l’économie soit à l’arrêt et que les douanes maliennes aient plus de difficultés pour mobiliser les recettes qui lui sont assignées par les autorités compétentes.

En tout cas, les Maliens sont inquiets en ce qui concerne une pénurie des denrées de premières nécessités. Face à cette préoccupation, les recettes douanières subiront une perte énorme. Toute chose qui aura un impact certain sur l’économie nationale.

Seydou Karamoko KONE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*