Rassemblement du vendredi 19 juin: une redoutable journée pour tout un peuple

Les tentatives de médiation entre le M5-RFP et le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita, depuis plusieurs jours, peinent à aboutir. La preuve, la rencontre prévue le mardi entre la troïka et le président Kéita n’a finalement pas eu lieu : le Mouvement du 5 juin a décidé « à l’unanimité de surseoir à toute rencontre avec le chef de l’Etat avant la marche du vendredi 19 juin à la Place de l’Indépendance», a rapporté Choguel Kokalla Maiga, président par intérim du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD), membre du M5-RFP.

Depuis le rassemblement géant du 5 juin, plusieurs acteurs nationaux et internationaux tentent d’amener les deux parties à dialoguer, pour une  issue heureuse de la situation politique tendue.

Après le représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU au Mali, des diplomates de l’Union africaine et de la CEDEAO ont appelé les deux parties à un règlement pacifique de la situation.

Le week-end dernier, c’était autour de l’ancien président malien, renversé en mars 1991, le général Moussa Traoré d’exhorter le gouvernement et les contestataires à se mettre d’accord. Il a reçu les deux protagonistes chez lui, le samedi 14 juin.

La délégation du M5-RFP était conduite par l’imam Mahmoud Dicko et Choguel Kokalla Maiga.

Le président IBK et son Premier ministre Boubou Cissé y étaient également présents.

D’autres médiations, notamment celle du doyen du Corps diplomatique au Mali, et celle de l’EPM, la coalition politique favorable au président Ibrahim Boubacar Keita, ont aussi échoué à dévier le Mouvement politico-religieux, de son objectif, à savoir la démission du président IBK.

Toutefois, les contestataires se disent disposés à dialoguer, à condition que ce dialogue porte sur « les conditions de départ d’Ibrahim Boubacar Kéita ». C’est dire que le M5-RFP  revendiquent toujours la démission du Chef de l’Etat ainsi que celle de son régime.

Selon des sources proches de Koulouba, le président Kéita serait en train d’examiner les concessions possibles pour préserver son fauteuil. Une équipe de juristes serait d’office commis à cette fin.

Mais, le Mouvement du 5 juin demeure dans sa ligne. Il projette un grand rassemblement vendredi prochain pour un seul mot d’ordre : la démission d’IBK dont le sort est entre ses mains.

Aux dernières nouvelles, apprend-on, le Premier ministre Boubou Cissé était hier mercredi à Nioro du Sahel pour rencontrer le Chérif. Si rien n’a filtré de cette entrevue, tout porte à croire qu’elle était relative à la crise sociopolitique. Dans la même lancée, une délégation de haut niveau de la CEDEAO est attendue ce jeudi 18 juin 2020 pour tenter de désamorcer la crise.

Affaire à suivre….

Aly BOCOUM

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*