Fonction publique : A quand l’affectation des enseignants admis ?

Fonction publique : A quand l’affectation des enseignants admis ?

Attendue depuis plus d’un mois, la décision d’affectation de nouveaux admis à la fonction publique des collectivités territoriales se fait toujours attendre, exceptée celle de la région de Ménaka. Un flou assimilable à un manque de volonté politique de la Direction générale des ressources humaines de l’éducation que dénoncent les enseignants nouvellement admis à la fonction publique des collectivités territoriales.

En effet, le Centre d’animation pédagogique de Ménaka, à travers une note de service en date du 16 juin 2020, portant répartition des fonctionnaires stagiaires des collectivités au titre de l’année 2019-2020 a rendu effective l’affection de ces nouveaux fonctionnaires stagiaires qui ont d’ailleurs aussitôt pris service. Pendant ce temps, leurs collègues des autres régions attendent toujours.

« Ce qui est anormal dans un pays de droit comme le Mali. Pourquoi faire une faveur à cette partie du pays ? », s’interroge Salif KONE, un des nouveaux admis.

Aussi, pour lui « il y a deux types de Maliens : les admis de Ménaka qui ont déjà pris service depuis le 16 juin 2020, car nous sommes en contact régulier dans un groupe WhatsApp ; et les autres admis de la fonction publique des collectivités territoriales qui attendent toujours leurs décisions d’affectation. Nous avons fait le concours ensemble et les résultats ont été proclamés ensemble. Alors pourquoi ne pas faire les affectations ensemble ? »

Pour M. Tapo, fonctionnaire stagiaire, la répartition ne doit pas dépasser un mois après la proclamation des résultats. Il dénonce le manque de volonté de la DRH qui intensifie le flou dans cette situation : 

« La Direction des ressources humaines nous fait savoir que les travaux sont toujours en cours. Et que Ménaka ne dispose que d’une seule Académie. Et que logiquement tous les admis de cette année devraient être à la disposition de l’Académie. Ce qui facilite son cas. Par ailleurs, la DRH nous dit qu’elle-même ne sait pas sur quelle base juridique Ménaka a pu faire cela ».

En tout cas, pendant ce temps, les nouveaux fonctionnaires des collectivités territoriales de Bamako et des autres régions attendent impatiemment la décision qui leur permettra de prendre fonction et de commencer à travailler afin de gagner leur salaire.

Andiè Adama DARA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *