Modibo Sidibé : des FARE sans lumières

Anciens compagnons de lutte pour l’avènement de la démocratie en 1991, adversaires politiques, Premiers-ministres et ministres dans les gouvernements successifs de 1992 à nos jours, les acteurs du mouvement démocratique d’hier, dont certains ont rejoint pour des convenances circonstancielles le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) qui réclame la démission du président IBK, sont tous comptables du chaos d’aujourd’hui. Qui sont-ils ? Dans ce JBN, une découverte de Modibo Sidibé, Président du parti FARE An Ka Wuli.

Fonctionnaire de police, Modibo Sidibé a travaillé pour le ministère de la Défense. En 1991, directeur de cabinet du ministre délégué à la Sécurité intérieure, il est nommé directeur de cabinet du nouvel homme fort du Mali Amadou Toumani Touré, président du Comité de transition pour le salut du peuple (CTSP), après la chute du régime de Moussa Traoré.

En avril 1993, il entre au gouvernement en tant que ministre de la Santé, de la Solidarité et des Personnes âgées. Il est reconduit à ce poste dans les gouvernements successifs jusqu’au 16 septembre 1997 quand il devient ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Le 9 juin 2002, après l’élection du président de la République Amadou Toumani Touré, Modibo Sidibé est nommé secrétaire général de la présidence de la République. Il occupe cette fonction jusqu’au 9 septembre 2007. Il est alors nommé Premier ministre.

Candidat à l’élection présidentielle d’avril 2012 avortée, il est arrêté le 22 mars 2012 lors d’un coup d’État mené par le Capitaine Amadou Haya Sanogo contre le président ATT, puis libéré le 27 mars.

En 2012, il crée le parti Forces alternatives pour le renouveau (FARE Anka wili). Il s’est présenté aux élections 2013 et était candidat à la présidentielle de 2018 où il a obtenu 1,42% des suffrages exprimés.

Mis à l’écart de toute activité publique depuis 2012, l’éviction de son mentor ATT dont il était dit le dauphin en 2012, le frère cadet de l’ancien Premier ministre Mandé Sidibé, a également rejoint le M5 RFP, dans l’espoir de se refaire une santé politique avec son parti qui peine à se faire une place sur l’échiquier politique.

bamakonews.net

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*