Violences communautaires au Centre : la CNDH exprime ses vives préoccupations

Face à la recrudescence des violences, objet d’allégations de violations et d’abus des droits de l’homme dans le Centre du pays, dont les plus récentes ont été perpétrées du 03 juin au 1er juillet 2020 dans les Cercles de Koro, Bandiagara, Bankass et Douentza, dans la Région de Mopti, la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) a exprimé sa très vive préoccupation.

En effet, dans un Communiqué, en date du 6 juillet 2020, signé de son président, Aguibou Bouaré, la CNDH s’incline pieusement devant la mémoire de toutes les victimes décédées et souhaite prompt rétablissement aux blessés. Aussi, condamne-t-elle, avec fermeté, les violations et abus des droits de l’homme perpétrés ;

Par ailleurs, la CNDH recommande l’ouverture d’enquêtes « crédibles, indépendantes, impartiales et diligentes en vue d’identifier les auteurs et complices des violations et abus dénoncés et appelle à rendre public les résultats desdites investigations ».

De même, elle réitère son appel pressant au Gouvernement à assumer ses responsabilités dans la protection des personnes et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national et invite les Forces armées maliennes (FAMA), les forces partenaires, tout en les encourageant, à lutter contre le terrorisme dans le strict respect du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

Enfin, la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) demande à l’Etat malien de lutter efficacement contre l’impunité sous toutes ses formes.

«Pour la CNDH, la protection des droits de l’Homme est une responsabilité partagée».

Sékou CAMARA

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*