Affaire Nitrate de Dakar en direction du Mali : enfin la version officielle des autorités maliennes

Dans notre publication du mardi 25 août 2020, on avait titré « Nitrate de Dakar à Bamako : attention danger ! ».

Cette publication se voulait une alerte pour les autorités maliennes, au regard de la dangerosité du nitrate d’ammonium, un produit chimique, à l’origine de plusieurs explosions, à travers le monde.

En effet, selon nos confrères de Radio France international (RFI), après la double déflagration au port de Beyrouth (au Liban), les autorités sénégalaises se sont mobilisées pour trouver une solution afin de sortir ces substances chimiques dangereuses du pays.

« L’inquiétude des Dakarois commence à disparaître, car depuis le vendredi 21 août 2020, au soir, les autorités sénégalaises ont chargé une centaine de camions de trente tonnes, pour évacuer les 2 700 tonnes (équivalentes à celles de Beyrouth) de nitrate d’ammonium stockées dans le port de Dakar en direction du Mali », précisent nos confrères.

Si toutes nos tentatives d’avoir de réactions officielles sont restées vaines, quelques heures après la publication de notre article, le ministère des Transports et de la mobilité urbaine a publié un communiqué pour rassurer davantage les populations maliennes des dispositions prises pour le transport sécurisé de ce produit, destiné aux mines, en précisant qu’il ne s’agissait pas d’une première en soi.

« Le Ministère des Transports et de la Mobilité Urbaine constate, depuis un certain temps, que des informations sur les réseaux sociaux font allusion au transport de nitrate d’ammonium au Mali et à son impact sur la sécurité des populations. Le Ministère des Transports et de la Mobilité Urbaine rassure les populations que le transport de ce produit, qui est une commande habituelle des sociétés minières pour des besoins d’utilisation dans les carrières, est fait en parfaite conformité avec les règles de transport de marchandises dangereuses : confinement propre, discrimination avec d’autres produits sur le même espace et entreposage sur une plateforme à l’air libre ».

Le même communiqué signé du secrétaire général du département, Marc Dabo, poursuit :

« En 2018, plus de 19 000 tonnes de nitrate d’ammonium ont été acheminées au Mali à partir des Entrepôts maliens au Sénégal et au Ghana. En 2019, ce sont plus de 21 000 tonnes du même produit qui ont été acheminées à partir du port de Dakar. Cette année, il est prévu l’acheminement de 12700 tonnes de nitrate d’ammonium sur lesquelles 700 tonnes ont été évacuées à la date du 23 août 2020 au profit de la compagnie MAXAM pour les mines d’or de Loulou et Goungoto ».

Malgré ces assurances sur les mesures de sécurité, la prudence doit être de mise à tous les niveaux au regard de la dangerosité du nitrate d’ammonium qui est directement impliqué dans d’importantes explosions dans le monde dont la dernière est celle intervenue au port de Beyrouth (Liban) le 4 août 2020 qui a fait plus de 100 morts ; des milliers de blessés ; des portés disparus et d’importants dégâts matériels.

Seydou K. KONE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*