« Absent » du gouvernement de transition : le M5-RFP annonce les couleurs de la contestation

A l’annonce de la formation du gouvernement de transition, le lundi 5 octobre 2020, le Mouvement du 5 juin –Rassemblement des forces patriotiques (M 5-RFP) était crédité de 3 représentants dans l’équipe gouvernementale, à savoir le ministre de la Communication et de l’économie numérique, Dr Hamadoun Touré ; le ministre de la Refondation de l’Etat chargé des relations avec les institutions, Mohamed Coulibaly ; et le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Mohamed Salia Touré. Une information démentie, le lendemain, dans une déclaration signée par le Président du Comité stratégique du mouvement, Choguel K. Maiga.

« Le M5-RFP indique, contrairement à certaines informations relayées par des médias nationaux et internationaux et sur les réseaux sociaux, qu’il n’a pas de représentant dans ce gouvernement dont aucun membre ne peut se réclamer de lui ou prétendre agir en son nom », précise la déclaration.

En effet, selon certaines sources, les prétendus représentants du M5-RFP dans le gouvernement, sont certes du mouvement, mais seraient choisis à travers d’autres canaux : les deux premiers seraient retenus pour leurs compétences et leur intégrité. Quant au 3e, Mohamed Salia Touré, il serait désigné par l’imam Mahmoud Dicko, car membre de la CMAS.

Reconnu comme un mouvement contestataire, le M5-RFP estime qu’il est légitime à dire que « le nouveau gouvernement, dont la composition viole la loi n°052 sur la promotion du genre, n’est porteur ni de la rupture avec le système qu’il a combattu ni du changement auquel le Peuple malien aspire et pour lequel il a consenti le sacrifice ultime : le sang de ses Martyrs, pour lesquels justice doit être rendue sans délai ». En réalité, sur une équipe de 25 membres, il n’y a que 4 femmes, soit 16%, alors que la loi 058 parle de 30%.

Par ailleurs, rappelle-t-il, malgré des tentatives répétées de marginalisation, conscient de ses responsabilités, réaffirme sa détermination à faire aboutir son combat pour un Mali nouveau.

« Pour ce faire, le M5-RFP, fort de l’engagement de toutes ses composantes, sans exclusive, à œuvrer inlassablement pour la réussite du processus du changement, appelle ses Militantes, Militants et Sympathisants à rester mobilisés dans l’attente de ses mots d’ordre pour une rupture véritable avec l’ancien système, pour un changement réel par la Refondation du Mali ».

Alors faut-il s’attendre dans les jours à venir à de nouvelles manifestations de ce mouvement qui avait réclamé la démission du président IBK pour mauvaise gestion, avant que leur œuvre ne soit « parachevée par les mutins » regroupés au sein du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) ?

La réponse sera connue lors du point de presse des leaders du mouvement prévu aujourd’hui au siège de la CMAS (Coordination des associations de soutiens et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko), autorité morale du M5-RFP qui a décidé de regagner sa mosquée depuis la chute du président IBK, le 18 août 2020.

Sékou CAMARA

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*