Attaque terroriste : Ibrahim 10 et Sadou Chaka, du bar la Terrasse à la barre

Le procès tant attendu des présumés auteurs de l’attaque terroriste de l’hôtel Radisson de Bamako, et du restaurant la Terrasse de Bamako, en 2015, Fawaz Ould Ahmed dit Ibrahim 10 et Sadou Chaka, dit Moussa Maiga a connu son épilogue, hier mercredi 28 octobre. En effet, les deux accusés ont été condamnés à la peine de mort et au paiement de 10 millions de FCFA chacun. Ainsi en a décidé la Cour d’assises de Bamako en cours, lors de son audience d’hier mercredi.

Arrêté le 21 avril 2016 à Bamako, Fawaz Ould Ahmed, terroriste mauritanien et son co-accusé, Sadou Chaka dit Moussa Maiga, un malien de 21 ans, ont été condamnés à la peine de mort par la Cour d’assises de Bamako.

Accusé de faits « d’association de malfaiteurs, détention d’armes de guerre, et d’engins explosifs en relation avec une entreprise terroriste, financement du terrorisme, assassinat, coups et blessures volontaires », Fawaz Ould Ahmed, surnommé « Ibrahim 10 » du groupe terroriste Al Mourabitoune, a reconnu devant les juges être l’auteur de l’attentat du bar restaurant la Terrasse en mars 2015, ayant fait 5 morts dont 3 maliens et 2 européens.
Il a également reconnu sans « regret » être le principal instigateur de l’attaque de l’hôtel Radisson de Bamako, le 20 novembre 2015, ayant fait 20 morts, dont 14 étrangers.

Revenant sur ses alibis, lors de l’attaque du bar restaurant la Terrasse, l’acteur principal Fawaz Ould Ahmed, explique que ladite attaque était une riposte aux caricatures faites du Prophète Mohamed (PSL), par le Journal français Charlie Hebdo :

« Je ne regrette pas, ils le méritent, ce sont des mécréants » a dit Fawaz à la barre d’un ton déterminé. Il tiendra des propos acerbes qui n’ont épargné personne, à commencer par les magistrats.

Acculé à la barre par des questions du Président de la Cour, l’accusé demande de tempérer : « ne soyez pas pressés » a dit Fawaz Ould : « je vais tout dire » rassure-t-il.

Ce mercredi 28 octobre 2020, pour la deuxième journée d’affilée de son procès, l’homme revient sur les attaques du Restaurant la Terrasse et celle de l’hôtel Radisson de Bamako, revendiquées par son groupement « Almourabitoune » dirigé par Mohamed Bel Moctar qui lui aurait instruit de « venger » le Prophète Mohamed (PSL) suite aux caricatures de Charlie Hebdo.

« 5 ans après, malheureusement, ça continue toujours », a-t-il regretté, faisant allusion aux récentes caricatures qui enflamment les relations entre la France et plusieurs pays du monde arabe.

Sans fuite de responsabilité, Fawaz Ould Ahmed reconnait avoir participé pleinement à l’attaque de la Terrasse, qu’il a savamment préparée et exécutée avec ses compagnons :
« J’ai quitté le Sahel, Gao, avec une Kalachnikov, 6 chargeurs, un pistolet avec 2 chargeurs » a-t-il avoué à la Cour. Une armada qui lui a servi à attaquer le restaurant La Terrasse de Bamako.

Le redoutable terroriste revient sur les faits : « mon arme était chargée, j’avais sur moi 3 autres chargeurs » a-t-il détaillé, avant de confesser avoir remis un billet de 2 000 FCFA au garde pour pouvoir entrer avec ses armes dans le bar restaurant.

Une fois parvenu à s’introduire dans le restaurant, Fawaz, d’un physique remarquable, révèle s’être dirigé vers les toilettes d’où il enfile un masque puis sort pour commencer à tirer sur les occidentaux. « J’ai tiré sur 15 », a-t-il reconnu, sans laisser de doute sur sa satisfaction d’avoir commis l’acte.

« J’ai tiré par deux fois sur un belge. Je l’ai raté une première fois. Il a couru vers son véhicule, je lui ai tiré une deuxième fois au dos, il est tombé », précise le terroriste qui a provoqué la terreur sur la ville de Bamako, en mars 2015, avant de s’attaquer à l’hôtel Radisson Blu, quelques mois plus tard.

3 millions de FCFA pour planifier l’attaque du Radisson Blu
Fawaz est également le cerveau de l’attaque de l’hôtel Radisson Blu de Bamako, en novembre 2015, avec un bilan de 20 morts, parmi lesquels 14 étrangers dont 6 Russes, 2 Belges, 1 Américain, et 1 Sénégalais.
Ce jour-là, le « numéro 10 » de Belmoctar, l’Algerien, n’était pas seul. Il était accompagné de Sadou Chaka, dit Moussa Maiga, qui a comparu avec lui à la barre et condamné hier mercredi, comme lui à la peine de mort. Sa participation dans l’attaque du Radisson a été capitale.

« C’est lui qui a été identifier les lieux, repérer l’hôtel, et m’a ramené les principaux renseignements sur les mouvements et les gestes avant l’attaque. C’est Sadou qui est parti récupérer les armes sur le Sahel pour nous les ramener jusqu’à Bamako, environ deux semaines avant l’attaque de Radisson », détaille Fawaz, qui ne nie rien, ou presque, contrairement à son co-accusé Sadou Chaka : « J’ai fait les trajets de Gao à Bamako, par car, avec la valise», reconnait-il, mais « je ne savais pas ce que contenait la valise», se défend le nommé Sadou qui, à l’époque des faits, était âgé de seulement 16 ans.

Sous les feux des questions des 5 expérimentés juges de l’audience, les 2 présumés terroristes ont été confondus, avant d’être reconnus coupables à l’issue d’une liste de 57 questionnements, sur leurs culpabilités ou non.
Au final, la Cour a retenu toutes les accusations à charge contre les accusés, et a prononcé contre Fawaz Ould Ahmed et son bras droit Sadou Chaka : « la peine de mort et 10 millions de FCFA d’amende chacun ».
Pour rappel, un 3e prévenu, ayant lui aussi activement participé aux attaques, du nom d’Abdoulbaki Abdramane Maiga, a été condamné également par contumace, à la « peine capitale ».

Ousmane Tangara

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*