Feux de brousse à Gao : Origine inconnue et désarroi des populations

Depuis plus d’une dizaine de jours, de Tacharane à Gabéro en passant par Gounzoureye et autres localités, la région de Gao est ravagée par une cascade de feux de brousse dont l’origine reste pour le moment inconnue, coupant ainsi le sommeil aux populations de plus en plus inquiètes. Les actions des autorités, notamment la Protection civile par manque de moyens adéquats, sont limitées pour contenir les feux dans la mesure où les zones touchées demeurent risquées due à l’instabilité de la localité.

Le bilan de ces feux de brousse dans la région de Gao, depuis le 19 octobre, est catastrophique. Des milliers d’hectares ravagés et des pâturages complètement détruits. Ce qui affecte considérablement l’environnement local et l’économie de la région : « Le pâturage n’existe plus. Ses communes-là vont être affectées par le manque des pâturages, car même si les animaux ne sont pas décimés par le feu, ils le seront par la faim après », s’inquiète Zoulkalneni Yeya, 1er adjoint au maire de Gounzoureye.

« Pour ce cas de figure, la Protection civile n’a pas assez de moyens pour faire face à la situation. Il y a eu l’intervention du contingent allemand dans la zone et surtout celle de la société civile et de la Force-G de Gao », rappelle Hanass Maiga, habitant de Gao.

Aussi, soutient notre interlocuteur : « Il y a déjà l’incivisme des populations qui au départ ont accusé la force Barkhane. Personnellement, j’ai appelé directement le commandant de la force Barkhane qui nie toute responsabilité de leur part dans cette catastrophe naturelle ».

Selon Ibrahim Ikassa Maïga, ressortissant de Bourem, un ancien élu de la localité, une mission des sapeurs-pompiers, précipitamment dépêchée pour contenir les feux, a finalement rebroussé chemin, juste après avoir traversé le Pont de Wabaria, prétextant les faibles effectifs et le manque de moyens roulants.

Même si les feux sont en perte de vitesse grâce à la détermination des jeunes des localités touchées, la situation reste confuse quant à l’origine de la catastrophe qui sévit depuis une dizaine de jours.

Selon le Gouverneur de la région, bien qu’il n’y ait pas eu de perte en vie humaine, les conséquences économiques du sinistre sont considérables :

« Heureusement, il n’y a pas eu de perte en vie humaine. Toutefois, il est clair qu’il y aura des pertes économiques, parce que beaucoup de pâturages ont été incendiés. Présentement, nous sommes en investigation pour savoir réellement qu’est-ce qui a occasionné ces feux de brousse dans la région », a indiqué le Général Sidiki Samaké.

Actuellement, les feux semblent être maitrisés dans quatre communes de Gao et dans une commune d’Ansongo touchées. En outre, le chef de l’exécutif régional appelle les plus hautes autorités et les partenaires à prendre des dispositions adéquates pour éviter qu’une crise humanitaire ne se greffe à la crise sécuritaire dans cette partie du pays déjà plongée dans la précarité.
Andiè A. DARA

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*